John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Trastuzumab (Herceptin ®) et cancer du sein : mécanismes de résistance Volume 94, numéro 3, Mars 2007

Auteurs
Département d’oncologie médicale, Institut Curie, 26, rue d’Ulm, 75248 Paris Cedex 05, Département de biologie des tumeurs, Institut Curie, 26, rue d’Ulm, 75248 Paris Cedex 05

La détection d’une surexpression du récepteur de facteur de croissance HER2 dans certains cancers du sein a conduit au développement d’un traitement ciblé, sélectif pour la tumeur, hautement actif en termes de prolongation de survie chez les patientes présentant un cancer du sein à un stade métastatique ou précoce. Le trastuzumab (Herceptin ®), anticorps humanisé ciblant HER2, est indiqué chez les patientes dont la tumeur présente une amplification de l’oncogène HER2 et/ou une surexpression de la protéine HER2. Malgré une activité importante en association avec la chimiothérapie, il présente en monothérapie une efficacité limitée (30 % de réponses objectives) et les patientes qui répondent au trastuzumab vont présenter une rechute malgré la poursuite du traitement. Le mécanisme précis d’action du trastuzumab reste mal connu mais il est en relation avec l’inhibition du cycle cellulaire. De même, les mécanismes de résistance sont peu connus mais plusieurs données précliniques suggèrent différentes hypothèses. Ainsi, la coexpression de récepteurs de facteur de croissance (famille IGF1R) et l’activation de la voie PI3K-Akt, essentiellement par perte de la fonction de PTEN, semblent jouer un rôle prépondérant dans l’apparition de la résistance. Il est important d’identifier ces mécanismes dans le but d’inverser ou de prévenir la résistance. La caractérisation de ces mécanismes pourra ainsi générer de nouvelles stratégies thérapeutiques.