John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Traitement du cancer chez la femme et préservation de la fertilité Volume 89, numéro 9, Septembre 2002

Auteurs
Service de gynécologie-obstétrique, Hôpital A.-Béclère, 92140 Clamart.

Les progrès importants réalisés dans le traitement des cancers ont amélioré les taux de survie et les aspects de qualité de vie prennent une place importante pour les femmes traitées. La fertilité ultérieure constitue l'un des aspects fondamentaux de la qualité de vie en cas de guérison. Les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie peuvent altérer la fonction de reproduction, voire entraîner un risque d'altération génétique des gamètes. La fertilité des patientes peut être parfois préservée. Si la patiente vit en couple, la congélation embryonnaire représente à ce jour la méthode ayant fait le meilleure preuve de son efficacité. Elle donne cependant des chances limitées de grossesse. La congélation d'ovocyte n'est pas parfaitement au point. Ces deux méthodes nécessitent un délai pour réaliser la stimulation ovarienne. La congélation de fragments ovariens est une technique qui donne des espoirs importants car elle ne nécessite pas de traitement et permet en théorie de stocker un grand nombre d'ovocytes. Elle impose une intervention chirurgicale et n'a pas à ce jour donné de grossesse dans l'espèce humaine. Si les techniques de préservation de la fertilité ne sont pas possibles ou ont échoué, le don d'ovocyte offre une alternative très intéressante avec des bons résultats. Il est important de noter que, quelle que soit la technique, les résultats seront conditionnés par l'atteinte éventuelle de l'utérus. La collaboration des équipes cancérologiques et de médecine et biologie de la reproduction est un progrès dans la prise en charge des femmes jeunes atteintes de cancer. Les progrès des techniques de congélation de fragments ovariens et des techniques de maturation in vitro des follicules pourraient être déterminants dans le choix proposé aux patientes.