John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Traitement anti-angiogénique et cancer colorectal Volume 94, supplément 5, numéro spécial, juillet 2007

Auteurs
Service d’oncologie médicale, hôpital Tenon, 4, rue de la Chine, 75970 Paris Cedex 20, Hôpital Saint-Antoine, Assistance Publique Hôpitaux de Paris et CancerEst, Paris ; Gercor, 22, rue Malher, 75004 Paris
  • Mots-clés : cancer colorectal, anti-angiogénique, bevacizumab, vatalanib
  • DOI : 10.1684/bdc.2007.0348
  • Page(s) : 211-9
  • Année de parution : 2007

Depuis de nombreuses années, la recherche en oncologie s’est penchée sur l’étude de thérapeutiques capables de cibler une cellule différente de la cellule tumorale. Une des voies explorées est le processus d’angiogenèse tumorale médiée par le facteur de croissance vasculaire VEGF (vascular endothelial growth factor). Le traitement du cancer colorectal métastatique a évolué de façon importante ces dernières années. La survie globale a été significativement augmentée grâce à l’utilisation en pratique courante de l’irinotecan et de l’oxaliplatine, en association avec le 5-fluoro-uracile (5FU) et l’acide folinique (AF). Cette revue résume les données disponibles d’efficacité et de tolérance de deux anti-angiogéniques évalués en phase III dans le cancer colorectal métastatique, le bevacizumab (anticorps monoclonal inhibiteur de VEGF) et le vatalanib (tyrosine kinase inhibiteur de VEGF). L’efficacité du bevacizumab, qui a été démontrée en termes de survie globale en première ligne métastatique dans les études américaines en association avec 5FU, AF ± irinotecan, vient dans la même indication de démontrer son intérêt en termes de survie sans progression avec une association d’oxaliplatine et de fluoropyrimidines (capécitabine ou 5FU-AF). Le bevacizumab est indiqué (autorisation de mise sur le marché) en traitement de première ligne du cancer colorectal métastatique, en association à une chimiothérapie intraveineuse avec 5FU-AF avec ou sans irinotecan en Europe. Aux États-Unis, son cadre de prescription est plus large, en première ligne en élargissant aux chimiothérapies avec fluoropyrimidines ± irinotecan ou oxaliplatine, et en deuxième ligne en association avec fluoropyrimidines et oxaliplatine. Beaucoup de questions restent posées sur l’optimisation de l’utilisation du bevacizumab dans le traitement du cancer colorectal métastatique. Le vatalanib n’a pas démontré son intérêt dans cette pathologie.