John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Thrombose veineuse et cancer du sein Volume 99, numéro 2, Février 2012

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : Jacques Médioni, Jean-Paul Guastalla, Ludovic Drouet , Hôpital européen Georges-Pompidou, département d’oncologie médicale, 20, rue Leblanc, 75908 Paris Cedex 15, France, Faculté de médecine Paris-Descartes, 15, rue de l’École-de-Médecine, 75270 Paris Cedex 06, France, Institut Curie, unité de biostatistiques, 26, rue d’Ulm, 75005 Paris, France, Centre Léon-Bérard, département de cancérologie médicale, 28, rue Laënnec, 69373 Lyon Cedex 8, France, Université Paris-VII - Denis-Diderot, hôpital Lariboisière, faculté de médecine Bichat-Lariboisière, angio-hématologie, 2, rue Ambroise-Paré, 75475 Paris Cedex 10, France
  • Mots-clés : thrombose, cancer du sein, épidémiologie, facteurs de risque, traitement anticoagulant, prophylaxie
  • Page(s) : 199-210
  • DOI : 10.1684/bdc.2011.1533
  • Année de parution : 2012

Le cancer du sein s’accompagne d’un taux d’évènements thromboemboliques (ETE) faible par rapport à d’autres cancers, sans influence du type histologique sur l’incidence. Il existe des facteurs de risque liés au stade évolutif du cancer, au patient et à la prise en charge : hospitalisation, chirurgie et présence d’un cathéter central mais aussi certaines chimiothérapies cytotoxiques, le tamoxifène et certaines thérapies ciblées antiangiogéniques. La physiopathologie des ETE comporte un phénomène de stimulation croisée, impliquant des cellules tumorales avec activité procoagulante et des facteurs de l’hémostase, de la coagulation et de la fibrinolyse. Des microparticules cellulaires circulantes portant du facteur tissulaire jouent un role thrombogène de même que les plaquettes par leurs interactions avec les cellules tumorales via la P-sélectine. La survenue d’un ETE chez une patiente cancéreuse augmente significativement le risque de décès. La prévention est encadrée par des recommandations chez les patients opérés. Le traitement curatif repose sur l’utilisation des héparines de bas poids moléculaire pendant au moins six mois.