JLE

Bulletin du Cancer

MENU

Standards, Options et Recommandations (SOR) : marqueurs tumoraux sériques du cancer du sein Volume 87, numéro 10, Octobre 2000

Auteurs
FNCLCC, Opération Standards, Options, Recommandations, 101, rue de Tolbiac, 75654 Paris Cedex 13.

Contexte : La Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC) et les Centres régionaux de lutte contre le cancer (CRLCC), en collaboration avec des partenaires des secteurs public (CHU, CHG), privé et certaines sociétés savantes, ont entrepris, depuis 1993, d’élaborer des recommandations pour la pratique clinique en cancérologie : les « Standards, Options et Recommandations » (SOR). L’objectif de l’opération SOR est d’améliorer la qualité et l’efficience des soins aux patients atteints de cancer en fournissant aux praticiens une aide à la décision facilement utilisable. La méthodologie d’élaboration des SOR repose sur une revue et une analyse critique des données de la littérature scientifique par un groupe d’experts pluridisciplinaire, permettant de définir, sur la base du niveau de preuve scientifique et du jugement argumenté des experts, des « Standards », des « Options » et des « Recommandations ». Avant publication, les SOR sont revus par des experts indépendants. Objectifs : Définir, sur la base d’une revue de la littérature et de l’accord d’experts, des Standards, Options et Recommandations, les caractéristiques des différents marqueurs tumoraux du cancer du sein et la place potentielle des marqueurs tumoraux du cancer du sein dans la prise en charge du patient cancéreux. Méthodes : Un groupe d’oncobiologistes mis en place par la FNCLCC a revu les données scientifiques disponibles concernant les marqueurs tumoraux. Après sélection des articles, synthèse des résultats et rédaction des SOR, le document a été soumis pour relecture et approbation à 43 relecteurs indépendants et pour avis aux 20 comités techniques et médicaux des CRLCC. Résultats : Les principales recommandations pour l’utilisation des marqueurs tumoraux en cancérologie sont : 1) l’ACE et surtout le CA 15.3 sont les marqueurs tumoraux sériques les plus usités dans les cancers du sein (standard) ; 2) si le taux de CA 15.3 est initialement élevé, il n’y a pas lieu de doser d’autres marqueurs en routine (standard, accord d’experts) ; 3) tous les examens effectués pour un patient doivent l’être dans le même laboratoire, avec la même technique (standard, accord d’experts) ; 4) le CA 15.3 ne doit pas être utilisé comme test de dépistage ou de diagnostic initial ; 5) le taux de CA 15.3 avant tout traitement est un facteur pronostique reconnu, mais dont l’indépendance n’est pas prouvée (standard, niveau de preuve C) ; 6) une valeur initiale supérieure à 50 kU.L– 1 doit faire rechercher activement, et avant toute décision thérapeutique, une éventuelle dissémination (standard, accord d’experts) ; 7) dans les cas où le CA 15.3 est initialement élevé, sa non-normalisation constitue un index d’inefficacité thérapeutique et un facteur puissant de mauvais pronostic (standard, niveau de preuve C) ; 8) l’efficacité des marqueurs tumoraux, et en particulier du CA 15.3, dans le diagnostic précoce de métastases de cancer du sein est reconnue (standard). Le bénéfice clinique n’est pas prouvé ; 9) il existe une corrélation entre l’évolution biologique et clinique des patientes, pendant le traitement de leurs métastases (niveau de preuve C). Le taux de CA 15.3 lors du diagnostic de métastase ne semble pas être un élément pronostique de réponse au traitement.