John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Stabilité du mélange 5-fluoro-uracile-acide folinique : influence des concentrations, du contenant et de la forme de l’acide folinique Volume 86, numéro 11, Novembre 1999

Auteurs
Centre René-Huguenin, Service de pharmacologie clinique, 35, rue Dailly, 92210 Saint-Cloud.

Depuis la découverte de sa supériorité dans les cancers digestifs par rapport au 5-fluoro-uracile (5FU) seul, l’intérêt de l’association 5-fluoro-uracile-acide folinique (AF) a été montré dans d’autres localisations tumorales. Dans le traitement des cancers colorectaux, l’acide folinique est administré en perfusion de 1 à 2 h avant la perfusion de 5FU. Dans le traitement d’autres types de cancers, les deux médicaments sont généralement mélangés dans le même récipient et administrés en perfusion de plusieurs jours. De nombreux essais ont montré la stabilité du 5FU seul dans différents types de matériaux, mais les résultats concernant la compatibilité du mélange 5FU-AF, racémique (d,l) ou lévogyre (l), sont assez contradictoires. Le but de notre travail était d’étudier l’influence du récipient, des concentrations respectives des deux molécules, et de la forme de l’acide folinique (d,l ou l) sur la stabilité du mélange 5FU-AF. Les concentrations retenues pour les deux médicaments correspondaient à des schémas d’administration en perfusion continue couramment rencontrés. Le 5FU a été utilisé à deux concentrations : 50 mg/ml et 6,5 mg/ml, en association pour chacune d’entre elles avec l’AF à des doses équithérapeutiques et équimolaires. Chaque combinaison a été étudiée dans trois types de récipients. Les résultats obtenus révèlent l’apparition d’un floculat dans toutes les combinaisons utilisant le 5FU à 50 mg/ml, quelles que soient la forme (d,l ou l) et la concentration de l’acide folinique, sans influence nette de la nature du récipient. Aucun précipité n’apparaît dans les combinaisons avec le 5FU à 6,5 mg/ml. L’analyse de l’évolution des concentrations de 5FU et d’AF par rapport à une droite de régression correspondant à 10 % de perte en 96 h ne montre aucune perte significative des deux produits dans les mélanges 5FU 6,5 mg/ml-AF (d,l) 4 mg/ml et AF (l) 2 et 4 mg/ml dans les trois types de récipients. Dans les combinaisons où un précipité est observé (5FU 50 mg/ml), on observe une diminution de la concentration en 5FU et une parfaite stabilité de la concentration en AF, quelle que soit sa forme. L’analyse du précipité montre que celui-ci est formé principalement de 5FU et à parts égales d’AF et de calcium. Cette étude permet donc de conclure à la stabilité, dans des récipients en verre, des poches PVC et des cassettes pour pompe portable, des mélanges 5FU 6,5 mg/ml et AF 4 mg/ml et 2 mg/ml pendant 96 h à température et lumière ambiantes. L’apparition d’un précipité de 5FU sous forme d’un floculat est systématique pour la concentration 50 mg/ml. Ces résultats ne confirment pas ceux d’études antérieurement publiées, et il semblerait que la précipitation observée résulte plus d’un recul de solubilisation du 5FU à forte concentration que de la forme de l’AF qui lui est associé.