John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Recommandations pour la prévention et le traitement des nausées et vomissements induits par la chimiothérapie Volume 96, numéro 10, octobre 2009

Auteurs
Unité de cancérologie, hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg-Saint-Jacques, 75014 Paris, France, Service de pharmacie, hôpital Saint-Louis, 75475 Paris, France, Service de cancérologie, hôpital européen Georges-Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France
  • Mots-clés : nausées, vomissements, chimiothérapie, prophylaxie, soins de support, qualité
  • DOI : 10.1684/bdc.2009.0924
  • Page(s) : 951-60
  • Année de parution : 2009

Parmi les soins oncologiques de support, la prise en charge des nausées et vomissements chimio-induits (NVCI) a connu des évolutions importantes ces deux dernières décennies. Une meilleure connaissance de la physiopathologie des vomissements et l’arrivée de deux classes d’antiémétiques à fort index thérapeutique, les antagonistes des récepteurs de type 3 à la sérotonine (anti-5HT3 ou sétrons) dans les années 1990 et les antagonistes des récepteurs de type 1 aux neurokinines (anti-NK1) en 2000, associés ou non aux corticoïdes, ont contribué à l’amélioration du contrôle de cet effet secondaire invalidant, toujours redouté des patients. Il est nécessaire de distinguer les phases anticipatoire, aiguë (24 premières heures) et retardée, de tenir compte du niveau émétisant des protocoles de chimiothérapie (très faiblement, faiblement, moyennement et hautement) et des facteurs de risques individuels reconnus. En se fondant sur les dernières publications des sociétés savantes internationales, nous proposons ici des recommandations méthodologiques et thérapeutiques pour la prophylaxie primaire et secondaire de la phase aiguë et retardée des NVCI.