John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Recherche de cyclophosphamide dans les urines de manipulateurs de cytotoxiques Volume 90, numéro 10, Octobre 2003

Auteurs
Service pharmacie, Centre régional de lutte contre le cancer Léon‐Bérard, 28, rue Laennec, 69008 Lyon Ingénieur de recherche, CRNHL, Faculté Laennec, 8, rue G.‐Paradin, 69372 Lyon Cedex 08
  • Mots-clés : exposition, préparateur, cytotoxique, cyclophosphamide, contamination urinaire
  • Page(s) : 905-9
  • Année de parution : 2003

En 1984, des traces de cyclophosphamide dans les urines d‘infirmières préparant les chimiothérapies anticancéreuses sont, pour la première fois, mises en évidence par chromatographie en phase gazeuse. L‘objectif principal de cette étude est de réaliser un travail similaire avec six préparateurs réalisant 25 000 préparations par an, en utilisant une technique analytique plus sensible (chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse). Deux échantillons urinaires contaminés par le cyclophosphamide sont retrouvés sur un total de 104, soit 1,9 %. Ces deux échantillons positifs sont proches de la limite de quantification de la méthode utilisée. Les quantités moyennes excrétées sont inférieures à celles relevées dans d‘autres études et les deux prélèvements positifs correspondent à deux préparateurs différents et à deux semaines de recueil différentes, ce qui montre l‘absence de contamination itérative. L‘activité individuelle des préparateurs ou l‘activité générale dans l‘unité de reconstitution centralisée des chimiothérapies et la contamination urinaire ne semblent pas liées. Cette étude met en évidence une exposition très faible et non répétée de manipulateurs de cytotoxiques correctement formés. La contamination étant probablement d‘origine cutanée, elle nécessite la détermination précise de toutes les sources de contamination de l‘environnement des manipulateurs pour maîtriser leur exposition. ▴