John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Prise en charge de pathologie cancéreuse avancée chez des patients institutionnalisés en psychiatrie : une étude pilote Volume 100, numéro 9, Septembre 2013

  • Auteur(s) : Wadih Rhondali, Mathilde Ledoux, Fatma Sahraoui, Juliette Marotta, Vincent Sanchez, Marilène Filbet , Hospices civils de Lyon, centre hospitalier Lyon-Sud, unité de soins palliatifs, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite cedex, France, The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Department of Palliative Care and Rehabilitation Medicine, Houston, Texas, États-Unis, Université de Lyon, laboratoire santé, individu, société (EAM-SIS-HCL 4128), 69500 Bron, France, Hôpital Robert-Pax, équipe mobile de soins palliatifs, 57211 Sarreguemines, France, Université Lyon-II, Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique (CRPPC), EA 653, 69500 Bron, France
  • Mots-clés : cancer, psychiatrie, schizophrénie
  • Page(s) : 819-27
  • DOI : 10.1684/bdc.2013.1796
  • Année de parution : 2013

La prévalence des pathologies cancéreuses est sous-estimée en institution psychiatrique. Les malades psychiatriques ne bénéficient pas du même accès aux soins des pathologies cancéreuses. La prise de décision thérapeutique représente un véritable problème éthique. L’objectif de notre travail était d’évaluer les modalités de prise en charge de pathologies cancéreuses chez des patients psychiatriques institutionnalisés.

Nous avons utilisé une méthodologie mixte : une partie quantitative comportant une analyse rétrospective de dossiers de patients cancéreux en institution psychiatrique et une partie qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés avec des psychiatres ayant permis de dégager les principales thématiques.

Le retard diagnostique chez le patient psychiatrique s’explique par des troubles de la communication et du comportement, l’insuffisance de dépistage systématique, et des examens complémentaires souvent refusés. Le suivi irrégulier et les problèmes éthiques face à l’impossibilité d’obtenir le consentement éclairé sont autant d’écueils à une prise en charge optimale.