John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

pRB, p53, p16 INK4a\ARF, sénescence cellulaire et transformation maligne Volume 91, numéro 5, Mai 2004

Auteur
Laboratoire d’Oncologie moléculaire, Pôle Biologie Santé, 40, avenue du Recteur‐Pineau, 86021 Poitiers
  • Mots-clés : gène suppresseur de tumeur, sénescence cellulaire
  • Page(s) : 399-402
  • Année de parution : 2004

Des expériences récentes réalisées pour clarifier les rôles respectifs dans la transformation maligne des deux gènes suppresseurs de tumeur p16 INK4a et p14 ARF (tous les deux localisés sur le même locus INK4a chez l’homme) indiquent que p16 INK4a est le véritable gène suppresseur chez l’homme alors que, chez la souris, c’est l’invalidation de p19 ARF qui abroge la barrière protègeant les cellules de la transformation maligne. Cette situation est en accord avec la sénescence induite par p19 ARF et p16 INK4a en réponse à un oncogène ras muté (Ras*) dans les cellules murines et humaines respectivement. Par ailleurs, d’autres résultats ont montré que l’entrée en sénescence de fibroblastes humains diploïdes est associée à la formation d’hétérochromatine qui maintient en état réprimé plusieurs des gènes cibles de E2F1, le régulateur transcriptionnel de la transition G 1\S. La protéine RB est responsable de ces modifications, ce qui justifie qu’une altération de la voie RB empêche l’entrée en sénescence.