John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Peut‐on améliorer la description des séjours de chimiothérapie dans le cadre du PMSI ? Étude des facteurs prédictifs des coûts de la chimiothérapie Volume 90, numéro 11, Novembre 2003

Auteurs
Institut Gustave‐Roussy, 39, rue Camille‐Desmoulins, 94800 Villejuif Fédération des centres de lutte contre le cancer, Paris Union nationale hospitalière privée en cancérologie, Paris Centre René‐Gauducheau, Nantes Clinique Clairval, Marseille Institut Bergonié, Bordeaux CHU, Saint‐Étienne
  • Mots-clés : hospitalisation, chimiothérapie, PMSI
  • Page(s) : 989-96
  • Année de parution : 2003

Notre objectif était de mettre en évidence les facteurs prédictifs de la variabilité des coûts des séjours pour chimiothérapie afin de justifier une modification de leur prise en charge dans le PMSI. Dix établissements ont décrit 537 séjours complets et 1 535 séjours de jour. Les données recensées concernaient le site tumoral primitif, les localisations secondaires, les pathologies associées, l‘état général, l‘existence d‘une douleur, la situation thérapeutique, les médicaments, leur durée d‘administration, la notion d‘essai thérapeutique et l‘usage d‘un cathéter, d‘une pompe ou d‘un site implantable. La charge de travail a été estimée pour chaque catégorie de personnel par une échelle visuelle analogique. Le coût du travail a été calculé à partir des grilles de salaire de la fonction publique, celui des examens par le tarif de remboursement de l‘assurance maladie et celui des médicaments par leur prix d‘achat. Le forfait journalier a été calculé à partir des données de comptabilité de la Fédération des centres de lutte contre le cancer et de la comptabilité analytique de l‘Assistance Publique‐Hôpitaux de Paris. 93 % des séjours concernaient des malades adultes. L‘analyse multifactorielle montre que le coût des médicaments explique 98 % de la variabilité des coûts en hospitalisation de jour. Les autres facteurs significatifs trouvés n‘expliquent ensemble pas plus de 2 % de cette variation. En hospitalisation conventionnelle, les trois facteurs les plus prédictifs de la variabilité du coût total sont la durée du séjour (R 2 ∓ 24 %), le coût en personnel (R 2 ∓ 43 %) et le coût du médicament (R 2 ∓ 50 %). Mais, dans cette situation, on trouve également le rôle de la pathologie, de l‘âge, d‘une douleur ou d‘une pathologie associée. Considérés ensemble, ces éléments permettent d‘expliquer 95 % de la variabilité du coût. Nous concluons que les médicaments devraient être financés séparément. Aucune autre modification n‘est utile à la description des séjours ambulatoires. Les séjours complets seraient mieux décrits si la pathologie, l‘âge et l‘existence d‘une douleur étaient pris en compte. ▴