John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Nouvelles cibles moléculaires dans le cancer du pancréas Volume 95, numéro 5, mai 2008

Auteurs
Inserm U858, Institut de médecine moléculaire et Service de gastro-entérologie et nutrition, CHU Rangueil, TSA 50032, 31059 Toulouse Cedex 9
  • Mots-clés : cancer du pancréas exocrine, oncogène k-ras, récepteur à EGF, modification épigénétique, microARN, chimiorésistance
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0632
  • Page(s) : 503-12
  • Année de parution : 2008

Les connaissances de la biologie du cancer du pancréas ont grandement bénéficié des études des altérations génétiques et de l’expression moléculaire dans les modèles expérimentaux mais aussi dans les lésions précancéreuses et les tissus tumoraux, et ce par amplification génique et analyse du transcriptome à large échelle. L’expression des gènes suppresseurs de tumeur p16, TP53 et DPC4/smad4 est altérée alors que celle de l’oncogène k-ras est activée. Cette activation par mutation ponctuelle sur le codon 12 apparaît précocement dans la carcinogenèse pancréatique, et la détection de cette mutation au sein de prélèvements tumoraux pourrait être utile en pratique clinique quotidienne pour le diagnostic positif (amélioration des performances de la biopsie simple) mais aussi différentiel (avec la pancréatite chronique calcifiante) de ce cancer. À un stade plus tardif de développement tumoral, on observe une augmentation de l’activité télomérase, une surexpression des facteurs de croissance et angiogénique et/ou de leurs récepteurs et/ou de leur système de transduction (EGF, FGF, nerve growth factor, gastrine, bombesine, VEGF, PDGF), des facteurs d’invasion (métalloprotéinases, E-cadhérine, intégrine bêta, urokinase et l’activateur tissulaire du plasminogène). Tous ces événements moléculaires contribuent à la progression et au potentiel métastatique de ce cancer. De nouveaux marqueurs et cibles sont actuellement étudiés au sein des microARN et des processus épigénétiques, tels que méthylation et acétylation/désacétylation de l’ADN tumoral. Parmi tous ces marqueurs moléculaires, certains sont actuellement testés pour leur intérêt clinique potentiel dans le diagnostic ou comme cible thérapeutique.