John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Nouveaux marqueurs diagnostiques du mésothéliome pleural malin Volume 95, numéro 2, février 2008

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : Bogdan-Dragos Grigoriu, Marc Grégoire, Bachar Chahine, Arnaud Scherpereel , Inserm U774, Institut Pasteur, Lille, Université de médecine et pharmacie, Service de pneumologie, Iasi, Roumanie, Inserm U601, Nantes, CHRU, Service de pneumologie et oncologie thoracique, hôpital Calmette, CHRU, 59037 Lille Cedex, Faculté de Médecine, Université de Lille II
  • Mots-clés : mésothéliome pleural malin, marqueur diagnostique, mésothéline, ostéopontine
  • Page(s) : 177-84
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0576
  • Année de parution : 2008

Le nombre croissant de cas de mésothéliome pleural malin (MPM) représente un réel problème de santé publique. Le pronostic de cette tumeur reste extrêmement défavorable et son diagnostic est généralement posé à un stade avancé de la maladie, lorsqu’un traitement curatif n’est plus envisageable. Pour espérer une augmentation significative de la survie des patients atteints de MPM, un diagnostic précoce est nécessaire. Plusieurs marqueurs sériques ont été précédemment proposés, mais aucun n’était suffisamment sensible ou spécifique pour être utilisable en routine. Plus récemment, la mésothéline et l’ostéopontine ont été proposées comme marqueurs du MPM. Les auteurs présentent une revue des données récentes concernant l’utilisation de ces deux marqueurs dans le diagnostic et le suivi au cours du traitement du MPM. La mésothéline soluble semble être un marqueur spécifique du MPM de type épithélioïde. En revanche, malgré une très bonne sensibilité du dosage sanguin de l’ostéopontine, sa faible spécificité rend son usage peu intéressant en pratique. Cependant, les données disponibles actuellement sont encore insuffisantes pour pouvoir recommander l’utilisation de ces marqueurs en routine.