John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Nouveaux concepts dans l'étude de la résistance aux médicaments anticancéreux Volume 89, numéro 1, Janvier 2002

Auteur
Institut Bergonié, 229, cours de l'Argonne, 33076 Bordeaux Cedex.

Au cours de la décennie passée, de nombreux mécanismes de résistance ont été décrits, impliquant surtout la disponibilité du médicament au niveau de sa cible ou la disponibilité de cette cible, mais la résistance à l'induction de la mort cellulaire reste incomprise. Le rôle de la p53, des protéines de la famille Bcl2, du système Fas/Fas-L et des autres récepteurs de signaux de mort cellulaire a été particulièrement étudié. Cependant, des résultats contradictoires ont été publiés concernant l'inhibition de l'apoptose comme mécanisme de résistance aux agents anticancéreux, ce qui a jeté des doutes sur l'idée généralement acceptée, qui fait de l'apoptose le déterminant ultime de l'activité de tout médicament. Ces résultats contradictoires sont sans doute liés à la spécificité cellulaire des voies de l'apoptose et les recherches se poursuivent pour obtenir une vue globale intégrée du rôle de l'inhibition de l'apoptose dans la résistance aux agents anticancéreux. De nouveaux outils génétiques ont été développés pour étudier la résistance aux médicaments anticancéreux. L'expression différentielle ou soustractive de gènes dans des cellules ou des tumeurs sensibles et résistantes a permis d'identifier des gènes potentiellement responsables de la résistance, dont le rôle n'avait pas été reconnu par les approches analytiques usuelles. La production d'éléments génétiques suppresseurs est une approche plus fonctionnelle car ceux-ci peuvent être sélectionnés sur les propriétés réelles de résistance des lignées. L'analyse globale du transcriptome peut être réalisée grâce à l'utilisation de microarrays d'ADNc, soit pour la comparaison de lignées sensibles et résistantes, soit pour l'étude des effets des médicaments sur l'expression des gènes. Cela permet d'identifier des gènes de réponse aux médicaments, dont l'expression est altérée en présence du médicament, et des voies de signalisation impliquées dans l'activité de ce dernier.