John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Notions et mesure des coûts en fonction de la perspective choisie Volume 90, numéro 11, Novembre 2003

Auteurs
REES France, 28, rue d‘Assas, 75006 Paris UFR SMBH, Université de Paris XIII, 74, rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny Cedex Hôpital du Cluzeau, 23, avenue D. Larrey, 87042 Limoges cedex Centre hospitalier DIMB, avenue des Tamarins, 13700 Aix‐en‐Provence
  • Mots-clés : coût de l‘innovation thérapeutique, budget de service, groupe homogène de malades, coût de la maladie
  • Page(s) : 946-54
  • Année de parution : 2003

Le coût d‘un bien n‘existe pas. Il n‘est pas une caractéristique intrinsèque d‘un objet ou d‘un produit comme pourrait l‘être la température pour l‘air ou pour l‘eau. Il s‘agit d‘un calcul reposant sur une théorie et sur des conventions. Un coût ne peut être défini que si l‘on opère un choix sur le point de vue retenu, l‘étendue du périmètre à explorer, la finalité de l‘étude et l‘horizon temporel adopté. Les éléments constitutifs du coût sont donc à géométrie variable, en fonction des intérêts et des préoccupations des interlocuteurs auxquels l‘étude est destinée. Ce qui doit dicter en vérité le choix des postes de dépenses dans une étude, c‘est beaucoup moins une référence abstraite à un principe d‘intérêt général ‐‐ qu‘aucune institution administrative ne peut prétendre incarner vu le domaine de compétence qui lui est réglementairement reconnu ‐‐ que l‘existence réelle d‘un espace de négociation où se rencontrent des demandeurs et les offreurs de crédits budgétaires. Faute d‘avoir clairement défini les objectifs de ceux qu‘elles sont destinées à convaincre, nombre d‘études de coûts risquent de demeurer des chefs d‘œuvre méconnus parce qu‘inutiles. ▴