John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

L’interféron et l’acide rétinoïque dans le traitement des cancers humains : mécanismes d’action Volume 85, numéro 4, Avril 1998

Auteurs
  • Mots-clés : acide rétinoïque, interféron, Stat1, IRF1, p48.
  • Page(s) : 313-8
  • Année de parution : 1998

L’un des nombreux effets de l’acide rétinoïque (AR) et de l’interféron (IFN) est l’inhibition de la croissance cellulaire. L’un et l’autre de ces composés sont utilisés dans de multiples essais cliniques en cancérologie. In vitro et in vivo, leur action simultanée conduit à un effet coopératif sur l’inhibition de la croissance. D’autres effets biologiques sont aussi amplifiés tels que la différenciation cellulaire ou l’établissement d’un état antiviral. L’AR et l’IFN ont un effet synergique sur l’expression de plusieurs protéines induites par l’IFN. Les mécanismes par lesquels s’exercent ces effets commencent à être élucidés. L’AR induit la synthèse de l’IFN, augmente l’expression des facteurs de transcription des familles IRF (IRF1 et p48) et Stat (impliquées dans la voie de signalisation des IFN), et la phosphorylation des Stat par l’IFN ou l’IFN.