John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Les déterminants génétiques de la leucémie de l’enfant Volume 93, numéro 9, Septembre 2006

Auteurs
Service d’hématologie-oncologie, Centre de cancérologie Charles-Bruneau, Centre de recherche, Hôpital Sainte-Justine, Département de pédiatrie, Université de Montréal, 3175 Côte Sainte-Catherine, Montréal (Québec), H3T 1C5 Canada
  • Mots-clés : cancer pédiatrique, oncogénétique, leucémie, polymorphisme, métabolisme des carcinogènes, folate, génétique parentale, maladie complexe
  • Page(s) : 857-65
  • Année de parution : 2006

Les cancers pédiatriques touchent environ 1 enfant sur 500 avant l’âge de 15 ans et constituent la cause majeure de mortalité par maladie dans cette population. L’étiologie de ce groupe de maladies hétérogènes est pourtant encore très mal connue. Du fait de leur grande prévalence, les efforts de recherche en oncogénétique pédiatrique se sont concentrés sur les leucémies, particulièrement sur la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL). Bien que l’importance de la variabilité interindividuelle dans la susceptibilité au cancer soit généralement reconnue, il existe peu d’études analysant l’impact des polymorphismes communs sur la susceptibilité à la leucémie de l’enfant. Les mécanismes biochimiques et génétiques contribuant à la susceptibilité au cancer sont multiples ; ils peuvent être regroupés comme suit : 1) croissance et différenciation cellulaires, 2) réplication et réparation de l’ADN, 3) métabolisme des carcinogènes, 4) apoptose, 5) réponse au stress oxydant, 6) cycle cellulaire. Des études d’association ciblant des gènes candidats impliqués dans ces processus biologiques ont été entreprises afin d’étudier les déterminants génétiques de la leucémogenèse chez l’enfant. Nous avons démontré que celle-ci est associée à certains variants de ces gènes et que la combinaison des génotypes a une plus grande valeur prédictive du risque que les génotypes pris indépendamment les uns des autres. Nous avons également observé que, pour certains loci, la génétique des parents est un important facteur prédictif du risque de cancer dans ce modèle pédiatrique de maladie complexe. L’ensemble de ces résultats suggère que l’étude d’une seule enzyme et/ou d’un seul génotype ne saurait expliquer l’étiologie de la leucémie de l’enfant du fait de la complexité des interactions entre l’environnement et la variabilité interindividuelle face à la susceptibilité au cancer.