John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

L’autophagie : un nouveau concept en cancérologie Volume 95, numéro 1, janvier 2008

Auteurs
Inserm, U756, Châtenay-Malabry, Université Paris-Sud 11, Faculté de Pharmacie, 5, rue Jean-Baptiste-Clément, 92296 Châtenay-Malabry Cedex
  • Mots-clés : autophagie, cancer, thérapie, survie cellulaire, mort cellulaire
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0565
  • Page(s) : 43-50
  • Année de parution : 2008

La macro-autophagie est un processus catabolique lysosomal de recyclage des constituants cellulaires, essentiel à l’homéostasie cellulaire. L’identification des molécules impliquées dans son contrôle et son exécution a mis en lumière une relation étroite entre l’autophagie et la progression tumorale. En effet, plusieurs produits de gènes suppresseurs de tumeurs − comme la protéine Bécline 1 impliquée dans la formation des autophagosomes − régulent positivement l’autophagie. A l’opposé, certaines oncoprotéines présentent un effet inhibiteur de l’autophagie. Le rôle antitumoral de l’autophagie est suggéré par son implication dans la réduction de l’instabilité chromosomique, de la prolifération et de l’inflammation des cellules tumorales. De façon paradoxale, l’autophagie peut aussi être un mécanisme protumoral en permettant la survie des cellules tumorales exposées à des variations de leur micro-environnement (hypoxie, carence nutritionnelle…). Enfin, le processus autophagique est induit en réponse à divers traitements anticancéreux. Cette réponse peut être soit un mécanisme permettant la survie des cellules, soit un mécanisme favorisant ou amplifiant la mort induite par ces traitements. Le but de cet article est de faire le point sur les données récentes de la littérature en mettant l’accent sur le rôle double de l’autophagie dans le cancer.