John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Intérêt et applications de la pharmacogénétique en oncohématologie Volume 84, numéro 6, Juin 1997

Auteurs
Département de pharmacogénétique et pharmacotoxicologie, Institut Gustave-Roussy, 39, rue Camille-Desmoulins, 94805 Villejuif Cedex, France.
  • Mots-clés : pharmacogénétique, prédisposition génétique au cancer, enzymes de biotransformation.
  • Page(s) : 643-51
  • Année de parution : 1997

La pharmacogénétique est définie comme l’étude des variations génétiquement contrôlées de la réponse à un médicament. Ce domaine d’étude a connu une expansion considérable grâce à l’utilisation des techniques de biologie moléculaire comme l’analyse des polymorphismes de restriction, l’amplification en chaîne par la polymérase et les méthodes de transfection. L’oncohématologie permet d’intégrer la pharmacogénétique dans 3 domaines. Le premier est la prédisposition génétique au cancer. Bien que cette notion soit le plus souvent employée pour des gènes considérés comme déterminants dans la genèse d’un processus néoplasique (BRCA 1, BRCA 2, APC, etc.), il est possible de rapprocher la prédisposition génétique au cancer des enzymes impliquées dans le métabolisme des composés mutagènes et carcinogènes et/ou des agents chimiothérapiques. Cela permet de définir un risque génétique de cancer, en fonction de l’activité d’une (ou plusieurs) enzyme(s). Le deuxième domaine est en rapport avec la toxicité et/ou l’efficacité des agents cytototoxiques et vise à identifier une (ou plusieurs) cible(s) enzymatique(s) prépondérante(s) dans le métabolisme du médicament, puis à déterminer les mécanismes moléculaires impliqués dans les modifications d’activité de cette enzyme. Le dernier domaine concerne l’activité de certaines enzymes dans le tissu tumoral par rapport au tissu sain. Ces différences enzymatiques peuvent être mises à profit pour obtenir une plus grande spécificité antitumorale ou pour corréler l’action cytotoxique à l’activité de ces enzymes.