John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Injection sous-aréolaire de sulfocolloïdes technétiés pour l’identification des ganglions sentinelles dans les cancers du sein invasifs à foyers multiples Volume 86, numéro 11, Novembre 1999

Auteurs
Service de médecine nucléaire, Hôpital de Hautepierre, avenue Molière, 67200 Strasbourg.

L’objectif de ce travail était d’étudier la pertinence des injections sous-aréolaires de sulfocolloïdes technétiés pour la détection des ganglions sentinelles (GS) dans les cancers mammaires à foyers multiples. Soixante-dix-neuf patientes atteintes d’un carcinome mammaire infiltrant, prouvé par microbiopsie préopératoire, ont été incluses ; celles ayant dans leurs antécédents une intervention mammaire homolatérale, une chimiothérapie, une radiothérapie locorégionale ou une adénopathie prévalente ont été exclues. Quatre injections de 0,1 ml de 1,8 MBq de sulfocolloïdes filtrés (100 nm) ont été utilisées dans deux groupes. Le groupe I comprenait 16 cas de cancers radiologiquement à foyers multiples et 31 cas de cancers radiologiquement unifocaux injectés par voie sous-aréolaire. Le groupe II comprenait 32 cas de cancers radiologiquement unifocaux injectés par voie péritumorale. Les images scintigraphiques ont été obtenues 2 à 4 heures après injection et la détection peropératoire des ganglions radiomarqués a été réalisée à l’aide d’une sonde en moyenne 18 heures après injection. L’exérèse chirurgicale de tous les ganglions radioactifs a été suivie d’un curage axillaire fonctionnel des niveaux I et II de Berg, ainsi que de l’espace de Rotter. L’analyse anatomopathologique des GS a été réalisée sur des coupes sériées à intervalles de 500 mu en coloration H&E et à l’aide d’un anticorps anticytokératine en cas de négativité. Les GS ont été détectés à la scintigraphie respectivement dans 85 % et 88 % des cas des groupes I et II et avec la sonde dans 98 % et 97 % de ces groupes. Les groupes I et II comportaient respectivement 65 % et 85 % de carcinomes canalaires, 26 % et 9 % de carcinomes lobulaires et 9 % et 6 % de carcinomes tubuleux. Sept et 5 tumeurs radiologiquement unifocales se sont révélées histologiquement à foyers infiltrants multiples respectivement dans les groupes I et II. La procédure scintigraphique complète a permis la détection de 2,7 (1-7) GS en moyenne dans le groupe I contre 2,3 (1-4) dans le groupe II (NS). Dans le groupe I, les GS étaient métastatiques chez 22 patientes (48 %) dont 15 avec les métastases localisées exclusivement aux GS, alors que dans le groupe II les GS étaient métastatiques chez 9 patientes (28 %) dont 5 avec les métastases localisées exclusivement aux GS. Aucun faux négatif n’a été observé dans le groupe I, un était déploré dans le groupe II ; il correspondait à des foyers infiltrants multiples à l’histologie. Les sensibilités ont été respectivement de 100 % et 90 % dans les groupes I et II et les valeurs prédictives négatives de 100 % et 95 %. L’injection sous-aréolaire de radiocolloïdes a permis l’identification des GS dans les cancers unifocaux et à foyers multiples. Le nombre moyen de GS détectés par la méthode sous-aréolaire n’a pas été significativement différent, bien que supérieur, de celui des GS détectés par la méthode d’injection péritumorale.