John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Inefficacité du dépistage des cancers tubo-ovariens dans les situations de risque héréditaire de cancer de l’ovaire ; l’expérience du Centre Oscar-Lambret Volume 98, numéro 2, Février 2011

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : Sophie Taïeb, Nathalie Rocourt, Fabrice Narducci, Éric Leblanc, Claude Adenis, Charles Fournier, Philippe Doutrelant, Jean-Philippe Peyrat, Philippe Vennin , Centre Oscar-Lambret, département d’imagerie médicale, 3, rue Frédéric-Combemale, BP 307, 59020 Lille Cedex, France, Centre Oscar-Lambret, département de gynécologie, 59020 Lille, France, Centre Oscar-Lambret, département de sénologie, 59020 Lille, France, Centre Oscar-Lambret, unité de biostatistique, 59020 Lille, France, Centre Oscar-Lambret, laboratoire de biologie médicale, 59020 Lille, France, Centre Oscar-Lambret, laboratoire d’oncologie moléculaire humaine, 59020 Lille, France
  • Mots-clés : dépistage, cancer de l’ovaire, risque héréditaire, CA 125, BRCA, échographie transvaginale
  • Page(s) : 113-9
  • DOI : 10.1684/bdc.2011.1302
  • Année de parution : 2011

Dans le cadre d’un PHRC pour évaluer le dépistage par l’analyse protéomique plasmatique, nous avons inclus 82 femmes à risque héréditaire de cancer de l’ovaire. Nous rapportons ici les conséquences du dépistage avec les examens habituels. Un dosage du CA 125 et une échographie transvaginale étaient réalisés tous les six mois. Soixante-douze patientes sont évaluables. Deux cas incidents de carcinose péritonéale (tumeurs séreuses de haut grade de stade FIGO IIIB) ont été découverts lors des tests de dépistage chez deux femmes asymptomatiques mutées BRCA1 (2,7 %). Il n’y a pas d’autre cas de cancer primitif, mais une métastase ovarienne d’un cancer du sein. Quarante femmes sont sorties d’étude, 32 pour chirurgie annexielle préventive. En totale concordance avec la littérature, le dépistage par les examens actuels, même avec une fréquence rapprochée, est inefficace pour déceler précocement ces tumeurs pelviennes. Ce dépistage parait encore plus inopérant que dans les formes sporadiques. Aujourd’hui, il est important de rechercher les mutations délétères des deux gènes ( BRCA1/2) associés au risque de cancer du sein et de l’ovaire pour expliquer aux femmes qui ont une mutation que la seule solution connue pour limiter les risques de décès par cancer est la chirurgie préventive dont il ne reste à discuter que le moment.