John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Facteurs pronostiques et prédictifs des cancers de l’œsophage Volume 96, numéro 4, avril 2009

Auteurs
Service de cancérologie-radiothérapie, hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75010 Paris, France
  • Mots-clés : cancer de l’œsophage, carcinome épidermoïde, adénocarcinome, facteur pronostique, facteur prédictif
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0778
  • Page(s) : 379-89
  • Année de parution : 2009

Le cancer de l’œsophage est une maladie dont l’incidence reste stable et élevée (6 000 nouveaux cas par an en France), mais dont l’épidémiologie se modifie, avec une augmentation de la part des adénocarcinomes. C’est une maladie agressive, lymphophile, et dont le pronostic reste sombre malgré les progrès effectués dans le diagnostic et le traitement. Le but de cette revue est de faire le point sur les facteurs pronostiques et prédictifs des cancers de l’œsophage. Les principaux facteurs pronostiques sont cliniques (état général du patient, perte de poids initiale, hémoglobinémie), liés à l’extension tumorale (stade TNM, micrométastases ganglionnaires, ratio de ganglions envahis, rupture capsulaire), à la qualité de la résection (R0) ou à la réponse aux traitements médicaux. De nombreux facteurs pronostiques moléculaires ont également été étudiés, parmi lesquels, la présence de mutations de p53 ou un taux élevé de NF-κB sont à signaler. Plusieurs pistes s’ouvrent pour prédire la réponse à la radiothérapie et à la chimiothérapie, notamment la diminution précoce de la fixation tumorale à la TEP-FDG. Des profils génétiques de sensibilité aux antitumoraux ont également été décrits dans le cancer de l’œsophage et permettront probablement de prédire plus précisément le pronostic de ces patients.