John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Étude observationnelle sur les conditions d’accès à l’analyse de la mutation du gène KRAS chez les patients atteints de cancer colorectal métastatique recevant un traitement par panitumumab Volume 99, numéros 7-8, Juillet-Août 2012

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : Frédéric Bibeau, Christophe Louvet, Pauline Afchain, Emmanuel Mitry, Pascal Artru, Thierry André , CRLC Val-d’Aurelle, service de pathologie, 208, rue des Apothicaires, parc Euromédecine, 34298 Montpellier, France, Institut mutualiste Montsouris, service d’oncologie médicale, 75014 Paris, France, Hôpital Saint-Antoine, service d’oncologie médicale, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 184, du Faubourg-Saint-Antoine, 75012 Paris, France, Institut Curie, hôpital René-Huguenin, département d’oncologie médicale, 92210 Saint-Cloud, France, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline, 78035 Saint-Quentin-en-Yveline, France, Institut de cancérologie, hôpital privé Jean-Mermoz, département d’hépato-gastroentérologie, 69008 Lyon, France, Faculté de médecine Pierre-et-Marie-Curie, UFR Paris-VI, 75006 Paris, France
  • Mots-clés : anticorps anti-EGFR, panitumumab, cancer colorectal, <i>KRAS</i>, génotypage
  • Page(s) : 743-51
  • DOI : 10.1684/bdc.2012.1612
  • Année de parution : 2012

La détermination du statut KRAS est un pré-requis indispensable pour pouvoir prescrire un anticorps anti- epidermal growth factor receptor (EGFR), cétuximab ou panitumumab, à des patients avec un cancer colorectal métastatique. En cas de mutation KRAS, ces anticorps anti-EGFR sont inefficaces. Compte tenu de ces implications cliniques, une étude observationnelle sur les conditions d’accès à l’analyse de la mutation du gène KRAS sur le territoire français a été mise en place entre octobre 2008 et octobre 2009. Il s’agit d’une étude rétro-prospective, nationale, multicentrique, descriptive et non interventionnelle regroupant des structures de soins privés et publiques, portant sur des patients ayant un statut KRAS non muté, traités par panitumumab. L’objectif principal de l’étude était d’évaluer les délais entre la demande du génotypage KRAS et son résultat. Les objectifs secondaires étaient : le type de demande (systématique ou anticipatoire), la prévalence des différentes techniques, le résultat du test KRAS, les délais entre la demande du génotypage KRAS et la prescription de panitumumab. Au total, 329 patients ont été inclus à partir de 66 centres, dont la moitié issue du secteur privé. Le délai moyen pour l’obtention du résultat s’élevait à 33,4 ± 39,8 jours (IC 95 % : [28,8 ; 37,9] jours ; médiane : 24 jours). Le génotypage KRAS était majoritairement effectué sur une demande anticipatoire (65,3 %), à partir d’une tumeur primitive (80,4 %). Les techniques les plus fréquemment utilisées pour le génotypage KRAS étaient : PCR en temps réel (36,2 %), séquençage (24,8 %) et pyroséquençage (13,2 %). Cette étude souligne l’efficacité des plateformes de génétique moléculaire des cancers pour le génotypage KRAS au niveau national, en rendant accessibles des tests moléculaires prédictifs à des structures de soins variées. Elle souligne la diversité des techniques employées (absence de consensus). Les délais d’obtention des résultats pourraient être améliorés par une optimisation des procédures.