John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Etude comparative de la quantification des récepteurs hormonaux dans les cancers du sein par immunocytochimie et biochimie Volume 84, numéro 6, Juin 1997

Auteurs
Laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologiques, Centre Alexis-Vautrin (CRLCC), avenue de Bourgogne, 54511 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex, France.
  • Mots-clés : récepteurs d’œstrogènes, récepteurs de progestérone, carcinomes mammaires, immunocytochimie, biochimie, analyse d’images.
  • Page(s) : 613-18
  • Année de parution : 1997

La mesure des récepteurs hormonaux (RH) par immunocytochimie (ICC) dans les cancers invasifs du sein peut, comme le dosage biochimique, déterminer la capacité de réponse des patientes à une thérapeutique hormonale. Le but de ce travail est d’étudier les possibilités d’analyse des RH sur préparations cytologiques. L’analyse des récepteurs d’estrogènes (RE) et de progestérone (RP) a été réalisée sur 109 carcinomes mammaires invasifs : (1) par un système d’analyse d’images SAMBA 2005 sur des étalements cytologiques congelés (ER/PR-ICA, Abbott), (2) par évaluation visuelle sur des coupes déparaffinées (ER-1D5, Dako ; PR-ICA, Abbott), (3) par dosage biochimique (EIA, Abbott). Il existe une corrélation significative entre les trois méthodes d’analyse des RH (de 0,716 à 0,842). La sensibilité des méthodes ICC varie de 88,0 à 94,3 % et leur spécificité de 70,0 à 94,7 %. La concordance minimale est de 87,2 %. Cette étude démontre que l’ICC des RH est une alternative valable au dosage biochimique, en particulier quand la méthode est appliquée à des étalements cytologiques. L’ICC peut donc être utilisée, lorsqu’un dosage biochimique ne peut être envisagé pour évaluer les RH, notamment sur des cytoponctions