John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Complications et tolérance de la chimio-hyperthermie intrapéritonéale (CHIP) après exérèse chirurgicale des carcinoses péritonéales (CP) : résultats d'une étude de phase I-II portant sur des CP de différentes origines Volume 87, numéro 9, Septembre 2000

Auteurs
Service de réanimation, Institut Gustave-Roussy, Centre de lutte contre le cancer, rue Camille-Desmoulins, 94805 Villejuif.
  • Mots-clés : carcinose péritonéale, chimiothérapie-hyperthermie intrapéritonéale.
  • Page(s) : 665-70
  • Année de parution : 2000

La carcinose péritonéale représente l'évolution terminale des tumeurs à point de départ digestif. Un nouveau concept thérapeutique, qui associe l'exérèse tumorale à une administration peropératoire de la chimiothérapie et à une hyperthermie (CHIP), donne des résultats encourageants. Le but de cette étude rétrospective est de rapporter les complications associées à cette technique. Quarante procédures chirurgicales ont été effectuées chez 37 patients. Trois patients sont décédés à l'hôpital. Les complications graves d'ordre médical comportaient : 13 pneumopathies bactériennes, 11 insuffisances rénales aiguës (dont seulement 3 ont nécessité une épuration extrarénale), et 10 neutropénies de grades 3 et 4. Seize patients ont eu des complications intra-abdominales (dont 11 épisodes de fuites digestives et 12 collections infectées). Certaines complications rapportées et rattachées à la CHIP, comme l'hypersécrétion digestive et la tubulopathie, restent inexpliquées. En définitive, seules 6 procédures se sont déroulées sans aucune complication, 9 ont donné une complication mineure et 22 une complication majeure. Les complications postopératoires ont été relativement nombreuses dans ce premier essai thérapeutique consacré à la CHIP. Elles reflètent une courbe d'apprentissage de la méthode puisque l'essai CHIP2 en cours actuellement n'a été émaillé d'aucun décès postopératoire et qu'une seule fistule digestive a été notée chez 30 patients consécutifs.