John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Classification anatomopathologique des gliomes : faits et controverses Volume 92, numéro 4, Avril 2005

Auteurs
Service d’anatomie pathologique et de neuropathologie. Hôpital de la Timone et Laboratoire de biopathologie nerveuse et musculaire (EA3281), Faculté de Médecine, Timone, Marseille
  • Mots-clés : gliome, classification anatomopathologique
  • Page(s) : 301-9
  • Année de parution : 2005

La classification anatomopathologique des gliomes demeure en 2003 un challenge dont le but est de définir le type histologique du gliome (astrocytaire, oligodendrogliome ou mixte) et son grade afin de proposer une thérapeutique adaptée. Cependant, si la classification internationalement reconnue reste celle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette classification souffre d’un défaut majeur de reproductibilité. En particulier, elle ne tient pas compte de l’hétérogénéité tumorale et ne distingue pas les cellules tumorales du parenchyme résiduel infiltré. Elle distingue parmi les gliomes infiltrants les astrocytomes (de grades II, III ou IV), les oligodendrogliomes (de grades II ou III) et les oligo-astrocytomes (de grades II ou III), les gliomes circonscrits essentiellement représentés par l’astrocytome pilocytique étant le plus souvent de grade I. Au contraire, la classification proposée par l’hôpital Sainte-Anne pallie le défaut de reproductibilité en intégrant les données cliniques et de l’imagerie. Elle résulte de la pratique de biopsies stéréotaxiques étagées avec corrélation systématique entre l’histologie et l’imagerie. Elle a permis de définir la structure spatiale des gliomes et leur mode de croissance. La distinction entre cellules tumorales et parenchyme résiduel infiltré a permis de redéfinir le groupe des oligodendrogliomes. Cette classification distingue, parmi les gliomes infiltrants, les oligodendrogliomes, les oligo-astrocytomes (chacun de grade A ou B) et les glioblastomes. La future classification des gliomes se devra d’être unique. Elle devrait intégrer les données cliniques, histologiques, neuroradiologiques et de biologie moléculaire.