John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Cancer du sein et grossesse : le point de vue du sénologue Volume 89, numéro 9, Septembre 2002

Auteur
Service d'oncologie et d'hématologie, Hôpital Foch, 40, rue Worth, 92150 Suresnes.

L'association cancer du sein et grossesse est rare mais non exceptionnelle : il est important que les médecins puissent au mieux conseiller les patientes concernées afin qu'une thérapeutique appropriée soit effectuée, respectant la patiente, sa maladie et, si possible, la grossesse. Pendant la grossesse, le diagnostic de cancer est délicat, d'où de fréquents retards de diagnostic ; outre le jeune âge, cela explique que la maladie soit souvent agressive et que le pronostic soit péjoratif. Le traitement doit être mené de la manière la plus optimale possible : la chirurgie ne pose généralement pas de problème ; en revanche la radiothérapie, si elle est techniquement possible, doit être évitée du fait des risques fœtaux ; la chimiothérapie peut être administrée sans risque majeur au deuxième et au troisième trimestre ; l'interruption de grossesse n'est pas un impératif pronostique, même si elle est nécessaire au premier trimestre quand des traitements médicaux sont indiqués. La situation est différente pour une grossesse succédant à un cancer du sein traité : la grossesse n'a pas d'influence sur le pronostic du cancer et le conseil d'un délai d'attente n'est justifié que par le risque propre de la maladie ; l'interruption de la grossesse n'a aucune influence ; l'important est que la grossesse soit désirée et donc qu'une contraception ait été proposée au moment du traitement du cancer.