John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Bases biologiques des associations chimio-radiothérapies Volume 96, numéro 3, mars 2009

Auteurs
Service de cancérologie-radiothérapie, hôpital Saint-Louis, AP-HP, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75475 Paris, France, Institut Curie, centre de recherche Inserm U612, centre universitaire, bâtiment 110-112, 91405 Orsay, France
  • Mots-clés : chimioradiothérapie, cisplatine, 5-fluoro-uracile, taxanes
  • DOI : 10.1684/bdc.2008.0839
  • Page(s) : 329-36
  • Année de parution : 2009

Pour de nombreuses tumeurs localement avancées, la chimioradiothérapie est devenue le traitement de référence. L’administration concomitante des deux modalités semble également, dans plusieurs situations cliniques, donner les meilleurs résultats. Les mécanismes d’interaction entre cytotoxiques et radiations ionisantes sont nombreux, dépendants essentiellement du mécanisme d’action du médicament. Des modifications des lésions radio-induites ou de leur réparation, un spectre d’action différent en fonction des phases du cycle cellulaire ou des phénomènes de synchronisation ont été décrits. Au niveau tissulaire, outre la capacité de réoxygénation tumorale observée chez les modèles animaux, une inhibition de la prolifération peut être obtenue par divers agents et, en particulier les thérapeutiques ciblées. L’analyse de ces interactions au laboratoire permet de mieux sélectionner les médicaments, dont l’association avec l’irradiation sera potentiellement intéressante, et d’affiner les schémas d’association.