John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Audit : traçabilité de l’information dans la prise en charge de patients atteints de cancer en phase avancée Volume 101, numéro 2, Février 2014

  • Auteur(s) : Élise Perceau, Anne Chirac, Wadih Rhondali, Murielle Ruer, Claire Chabloz, Marilène Filbet , Hospices civils de Lyon, centre hospitalier Lyon-Sud, centre de soins palliatifs Pavillon 1 K, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite, France, Institut de psychologie, université de Lyon 2, 69500 Bron, France, The University of Texas MD Anderson Cancer Center, department of palliative care and rehabilitation medicine, 1515 Holcombe Blvd, Houston, TX 77030, États-Unis, Université Lyon 1, laboratoire de l’EA, 4129 Santé-Individu-Société, 69002 Lyon, France, CEPPRAL ; Coordination pour l’évaluation des pratiques professionnelles en santé en Rhône-Alpes, 162 avenue Lacassagne 69424 Lyon cedex 03, France
  • Mots-clés : traçabilité de l’information, audit, soins palliatifs
  • Page(s) : 120-6
  • DOI : 10.1684/bdc.2014.1894
  • Année de parution : 2014

La traçabilité de l’information transmise au patient atteint de cancer est un élément majeur de la continuité des soins. L’objectif principal de ce travail était de réaliser une évaluation des pratiques professionnelles (EPP) de la traçabilité de l’information dans une unité de soins palliatifs (USP). Nous avons utilisé la méthodologie de l’audit clinique ciblé sur les dossiers des patients décédés en USP. Phase 1 (2010) : une EPP avec une grille analysant la traçabilité de l’information (diagnostic, pronostic, projet de soins, personne de confiance et directives anticipées). Phase 2 (2011) : des mesures correctives. Phase 3 (2012) : une réévaluation à distance avec la même grille d’audit. Quarante dossiers ont été étudiés aux phases 1 et 3. La phase corrective a permis d’améliorer significativement la traçabilité des informations transmises au patient, notamment le diagnostic ( p = 0,01), l’évolutivité, le traitement ( p < 0,001). Nos résultats nous ont permis aussi de constater une persistance d’un faible taux de traçabilité à l’égard des directives anticipées ( p = 0,145)