JLE

Bulletin du Cancer

MENU

Antiaromatases : revue des résultats cliniques Volume 87, numéro spécial 12, Numéro spécial, Décembre 2000

Auteurs
Département d'oncologie médicale, Centre Eugène-Marquis, rue de la Bataille-Flandres-Dunkerque, CS 44229, 35042 Rennes Cedex.

Jusqu'à présent, l'aminoglutéthimide représentait, malgré ses effets secondaires, une des hormonothérapies de référence en seconde ligne métastatique chez la femme ménopausée. Les nouvelles antiaromatases ont démontré une activité équivalente à l'aminoglutéthimide et aux progestatifs, avec une meilleure tolérance. En première ligne, la comparaison de l'anastrozole avec le tamoxifène apporte un bénéfice clinique au moins équivalent, avec une réduction des incidents thrombo-emboliques. Enfin ils peuvent constituer une hormonothérapie de troisième ligne, d'autant qu'ils ne semblent pas induire entre eux de résistance croisée. Leur activité et leur bonne tolérance incitent à évaluer leur intérêt en situation adjuvante. Les résultats de grandes études sont actuellement attendus.