John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Analyse rétrospective de 24 glioblastomes récidivant après radiochimiothérapie concomitante et traités par nitrosourées ou par l’association irinotécan et bévacizumab Volume 99, numéro 2, Février 2012

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : Élodie Vauleon, Habiba Mesbah, Daniel Gedouin, Isabelle Lecouillard, Guillaume Louvel, Abderrahmane Hamlat, Laurent Riffaud, Béatrice Carsin, Véronique Quillien, Odile Audrain, Thierry Lesimple , Centre Eugène-Marquis, département d’oncologie médicale, CS 44229, 35042 Rennes Cedex, France, UMR 6061 CNRS, université de Rennes-I, IFR 140, CS34317, 35043 Rennes Cedex, France, Centre Eugène-Marquis, département d’information médicale, avenue Bataille-Flandres-Dunkerque, CS 44229, 35042 Rennes Cedex, France, Centre Eugène-Marquis, département de radiothérapie, CS 44229, 35042 Rennes Cedex, France, CHU Ponchaillou, département de neurochirurgie, 35033 Rennes, France, CHU Ponchaillou, département de radiologie, 35033 Rennes, France, Centre Eugène-Marquis, département de biologie, CS 44229, 35042 Rennes Cedex, France
  • Mots-clés : glioblastome, récidive, bévacizumab, irinotécan
  • Page(s) : 121-6
  • DOI : 10.1684/bdc.2011.1528
  • Année de parution : 2012

Malgré les progrès dans la prise en charge initiale du glioblastome (GB), la grande majorité des patients présenteront une récidive dans les deux à trois ans. Le traitement médical de ces récidives est en train d’être modifié par l’utilisation des traitements anti-angiogéniques. Vingt-quatre patients présentant un GB récidivant après radiochimiothérapie concomitante puis adjuvante par témozolomide ont été traités à Rennes par une chimiothérapie conventionnelle (nitrosourée) ou par l’association d’irinotécan et de bévacizumab. Dans cette analyse rétrospective, la survie globale à partir du diagnostic de récidive était significativement plus longue chez les patients traités par l’association irinotécan et bévacizumab que par chimiothérapie conventionnelle (cinq mois versus 11,5 mois). L’association d’irinotécan et de bévacizumab a semblé apporter un bénéfice clinique aux patients présentant un GB en récidive.