John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Actualités sur les tumeurs radio-induites : les études génétiques Volume 89, numéro 2, Février 2002

Auteurs
Département de radiothérapie, Institut Curie, 26, rue d'Ulm, 75005 Paris.
  • Mots-clés : tumeur radio-induite, génétique, risque relatif, cytogénétique, LOH.
  • Page(s) : 181-96
  • Année de parution : 2002

Les tumeurs radio-induites sont une des complications inhérentes à la radiothérapie. De nombreuses études épidémiologiques ont évalué les risques en fonction des différents tissus humains. En revanche, le mécanisme génétique n'a jamais été complètement élucidé. Deux profils cytogénétiques différents ont été décrits, un profil avec translocations, évoquant une activation d'oncogène ; et des pertes chromosomiques, plus en faveur d'une évolution par perte de gènes suppresseurs de tumeurs. Deux questions se posent. Quel est le mécanisme génétique de l'apparition de ce type de cancer ? Est-il possible de différencier tumeurs radio-induites et tumeurs spontanées par des études génétiques ? Trente-sept cas ont été analysés par cytogénétique, dont 12 dans notre laboratoire. Les tumeurs radio-induites se caractérisent par des pertes de matériel chromosomique, évoquant la perte de gènes suppresseurs de tumeurs. Des résultats moléculaires confirment ces résultats. Le cancer de la thyroïde est la seule exception, peut-être par la localisation des gènes en cause. Pour la deuxième question, la différenciation des deux types de tumeurs est possible par cytogénétique, grâce à une augmentation des réarrangements, mais uniquement si les caryotypes sont simples. Si l'évolution par pertes de gènes suppresseurs de tumeurs est la plus fréquente dans les tumeurs radio-induites, il n'existe pas de certitude sur les effets directs de l'irradiation et l'apparition de ces pertes de matériel génétique.