John Libbey Eurotext

Cahiers Agricultures

Facteurs de performance et de compétitivité des exploitations cotonnières au Brésil, aux États-Unis et au Mali Volume 15, numéro 1, Janvier-Février 2006 - Le coton, des futurs à construire

  • Auteur(s) : Patricio Mendez del Villar, Lucilio RA Alvez, Manda Sadio Keita , Unité de recherche « Action collective, marchés, rénovation politiques publiques (politiques & marchés) », Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), TA 73/09, Avenue Agropolis, 34398 Montpellier cedex 5 France, Centro de estudos avançados em economia aplicada (Cepea)/Escola superior de agricultura “Luiz de Queiroz” (Esalq) Université de São Paulo, Av. Pádua Dias, 11 CP 9, Piracicaba - SP, CEP 13418-900 Brésil, Institut d’économie rurale (IER), Programme Ecofil, BP 258, Rue Mohamed V, Bamako Mali
  • Mots-clés : productions végétales, économie et développement, systèmes agraires
  • Page(s) : 23-34
  • Année de parution : 2006

Le constat d’échec lors des négociations de Cancún dans le cadre du Doha Round a mis en lumière des positions antagonistes, notamment en matière de politique cotonnière entre les États-Unis et des pays émergents, dont le Brésil qui a déposé une plainte contre les États-Unis à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Plusieurs pays exportateurs d’Afrique francophone ont dénoncé aussi lors de ces négociations les subventions pratiquées par les pays riches qui pénalisent fortement leurs filières cotonnières, pourtant concurrentielles. Le présent article tente de mettre en évidence les facteurs de performances et de compétitivité dans des exploitations cotonnières au Brésil, aux États-Unis et au Mali afin de mesurer la solidité et/ou les faiblesses des systèmes de production respectifs. Au-delà des différences observées, l’article montre aussi, au Brésil et aux États-Unis, des différences interrégionales à l’intérieur de ces pays. Ces différences dépendent en grande partie de facteurs de compétitivité territoriale ou de localisation liés aux pratiques culturales spécifiques et aux conditions d’accès aux intrants/services, en amont de la filière, et de commercialisation de la production cotonnière.