John Libbey Eurotext

Cahiers Agricultures

Diversité agroécosystémique et devenir des céréales traditionnelles au sud du Mali Volume 17, numéro 2, Mars-Avril 2008

  • Auteur(s) : Mamy Soumaré, Didier Bazile, Michel Vaksmann, Mamoutou Kouressy, Kadiatou Diallo, Cheick Hamala Diakité , Institut d’économie rurale (IER), Sotuba, BP 438, Bamako, Mali, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), Département Environnements & Sociétés, UPR 47 « GREEN », Campus international de Baillarguet TA C-47/F, 34398 Montpellier cedex 5, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), BP 1813, Bamako, Mali
  • Mots-clés : productions végétales, ressources naturelles et environnement
  • Page(s) : 79-85
  • DOI : 10.1684/agr.2008.0184
  • Année de parution : 2008

À partir d’un dispositif de recherche à échelles emboîtées, de l’exploitation agricole à la région, cette étude analyse la diversité des agroécosystèmes, la place des céréales traditionnelles (mil, sorgho) dans les assolements et l’évolution des systèmes de culture et des pratiques dans les exploitations. En fonction des échelles d’observation, la place des différentes cultures varie. À l’échelle régionale, le sorgho reste une culture importante à travers l’extension de son aire de culture et la surface cultivée par actif. Au niveau des exploitations, l’évolution des systèmes de culture est marquée par leur diversification. La place du sorgho diminue et cette régression ne s’explique plus uniquement par le développement du maïs car le mil aussi se développe. Le mil contribue maintenant davantage à la formation des revenus des exploitations et sa culture commence à s’intensifier par le recours aux engrais. La diminution de la taille des soles de sorgho et l’augmentation continue du mil peuvent contribuer, selon les choix des agriculteurs, au maintien ou à la diminution de la diversité variétale.

Illustrations

Ouvrir l'onglet