John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Virus d’Epstein-Barr et carcinomes mammaires invasifs : EBNA, EBER et profil moléculaire dans une population de l’ouest algérien Volume 76, numéro 1, Janvier 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire de biologie du développement et de la différenciation, Université d’Oran 1 Ahmed Ben Bella, Faculté des sciences de la nature et de la vie, Oran, Algérie
2 Département de pharmacie, Faculté de médecine, Université d’Oran 1 Ahmed Ben Bella, Algérie
3 Laboratoire pathogenèse et vaccination lentivirales : PAVAL Lab, Université Grenoble Alpes, Pôle chimie, sciences du vivant, de la santé et bio-ingéniérie, Grenoble, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : carcinome infiltrant, EBV, HER2, VCA, LMP-1, EBNA, EBER
  • DOI : 10.1684/abc.2017.1312
  • Page(s) : 75-80
  • Année de parution : 2018

Le cancer du sein est une maladie maligne commune qui affecte les femmes dans le monde entier, mais les facteurs de risque classiques ne peuvent expliquer qu’une faible proportion de ces cas. Une possible étiologie virale pour le cancer du sein a été proposée et le virus d’Epstein-Barr (EBV) est un virus candidat largement étudié. L’objectif de la présente étude est de déterminer l’association de l’infection par l’EBV aux carcinomes canalaires infiltrants (CCI). Cette étude descriptive a été menée au laboratoire de biologie du développement et de la différenciation de 2012 à 2014. Sur 39 cas, nous avons déterminé les caractéristiques clinicopathologiques de la population. Sur les 23 cas de CCI, nous avons mis en œuvre les techniques Elisa, immunohistochimie et hybridation in situ. Pour déterminer le profil sérologique, nous avons étudié la surexpression des oncoprotéines EBNA-1, HER2, l’index mitotique Ki67 et la détection de la présence du génome viral. L’âge moyen est de 57,4 ± 4. Le grade SBR II prédomine avec 70 %, pN+ (27 %), RE+ (58 %), RP+ (52 %), HER2 (38 %), Ki67˃14 (81 %), luminal A (34 %), luminal B (14 %), HER2 (24 %), triple négative (28 %). Le profil sérologique des IgG EBNA-1 est présent dans 87 % des cas avec une relation positive entre la surexpression de l’oncoproteine HER2 (p = 0,003) et le profil moléculaire (p = 0,051). La surexpression de EBNA-1 est retrouvée positive dans 13 % des cas. Le génome viral (EBER) est présent au niveau des tumeurs dans 43 % des cas représentant une relation inversée avec la surexpression du Ki67 et une relation positive avec la surexpression des HER2. Dans notre étude nous avons trouvé une association avec la présence du virus EBV et les CCI étudiés.