John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

Stabilité du potassium sanguin : influence du délai, de la température et du transport sur les dosages sériques et plasmatiques durant 10 heures de conservation Volume 75, numéro 4, Juillet-Août 2017

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire Dynalab Jeanne d’Arc, Troyes, France
2 Laboratoire Dynalab de la Gare, Romilly-sur-Seine, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : potassium, température de conservation, transport d’échantillon, délai de conservation, sang total
  • DOI : 10.1684/abc.2017.1255
  • Page(s) : 369-74
  • Année de parution : 2017

Pour se conformer aux recommandations pré-analytiques de la norme ISO EN 15189, nous avons étudié la stabilité du potassium, un paramètre biochimique sensible et critique. Nous avons tenu compte de l’influence de la température, du transport et du délai jusqu’à 10 heures avant centrifugation d’échantillons plasmatiques et sériques. Le sang de 12 sujets a été analysé après 4, 6, 8 et 10 heures de conservation selon 3 groupes d’étude : échantillons conservés au laboratoire à température ambiante, transportés 4 heures dans une enceinte climatique (21 ± 1 ̊C), sans et avec un choc thermique (20 min à 4 ± 1 ̊C) précédant le transport. L’analyse statistique a été effectuée en prenant en compte la limite de changement analytique (LCA) et la valeur de changement de référence (VCR). En utilisant la VCR, on considère que le potassium est stable jusqu’à 10 heures quel que soit le groupe d’étude. La LCA permet de mettre en évidence une différence statistiquement significative des kaliémies pour les échantillons sériques ayant subi un choc thermique préalable. Ainsi, les tubes avec héparinate de lithium semblent plus adaptés à l’analyse du potassium pour des échantillons subissant une variation thermique et un long transport automobile. Cette étude devrait permettre de continuer à doser le potassium même chez des patients habitant à distance d’un laboratoire d’analyse.