John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Place de la spectrométrie de masse en bactériologie Volume 73, numéro 1, Janvier-Février 2015

Auteurs
1 Inserm, U1047, UFR de médecine, Université de Montpellier 1, Nîmes, France
2 Service de microbiologie, CHU Carémeau, Nîmes, France
3 Laboratoire de bactériologie, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, France
* Tirés à part

Récemment, différentes avancées ont été développées dans les laboratoires gérant la bactériologie dans le but de raccourcir le délai de rendu de résultats. Ces nouvelles technologies sont très prometteuses car elles permettent l’identification rapide de nombreuses bactéries, notamment celles dont la croissance est difficile ou des bactéries émergentes. Elles permettent également d’évaluer les épidémies. La spectrométrie de masse (Maldi-TOF MS) s’inscrit dans cette évolution de la bactériologie. Cette technologie précise et fiable permet d’identifier les bactéries, les champignons, les moisissures et les mycobactéries. Elle est peu coûteuse et rapide, permettant de fournir des résultats 24 heures plus tôt que les techniques traditionnelles. La gamme d’applications du Maldi-TOF MS n’a cessé de croître de l’identification rapide des espèces à des études de protéomique permettant de détecter la résistance des bactéries aux antibiotiques ou des facteurs de virulence. Le but de cette revue est de faire un état des lieux des offres actuelles de spectrométrie de masse en bactériologie, de préciser la place de cette technologie dans la routine et de présenter ses champs d’applications futurs.