John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Les kératites fongiques dans la région de Tunis : caractéristiques épidémiologiques, modalités diagnostiques et thérapeutiques Volume 68, numéro 4, juillet-août 2010

Auteurs
Laboratoire de parasitologie-mycologie, CHU la Rabta, Tunis, Tunisie, Laboratoire de biologie, Institut d'ophtalmologie Hedi Raies, Tunis, Tunisie, Service d'ophtalmologie A, Institut d'ophtalmologie Hedi Raies, Tunis, Tunisie
  • Mots-clés : kératite fongique, diagnostic, traitement, Tunisie
  • DOI : 10.1684/abc.2008.0452
  • Page(s) : 441-7
  • Année de parution : 2010

La kératite fongique est une pathologie grave engageant le pronostic visuel. Elle n'est pas bien connue en Tunisie. Le but de notre étude est, d'une part, d'analyser les caractéristiques épidémiologiques et les aspects cliniques et mycologiques des kératites fongiques dans la région de Tunis (Nord de la Tunisie) et, d'autre part, de discuter ses modalités thérapeutiques. Il s'agit d'une étude rétrospective concernant 19 cas de kératites fongiques colligés sur une période de 11 ans (janvier 1998-décembre 2008). Le diagnostic de la kératomycose a été retenu sur des arguments cliniques et mycologiques. L'examen mycologique a intéressé des grattages cornéens bénéficiant d'un examen direct et d'une culture. Les cas de kératite fongique ont intéressé 13 hommes et 6 femmes ayant un âge moyen de 48,7 ans. Les facteurs favorisants ont été dominés par le traumatisme cornéen (47,4 %). Le délai moyen de consultation était de 17,7 jours. Sur le plan mycologique, nous avons retrouvé surtout Candida albicans (6 cas), suivi du genre Aspergillus (5 cas) et du genre Fusarium (4 cas). Tous nos patients ont reçu un traitement antifongique par voie locale et générale. L'évolution a été favorable dans 6 cas. Trois patients ont conservé des séquelles cornéennes. Le recours à la chirurgie a été nécessaire dans 7 cas, consistant en une greffe cornéenne (5 cas), une énucléation (1 cas) et une greffe de membrane amniotique (1 cas). En conclusion, malgré une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique de la kératite fongique, son pronostic reste péjoratif. Ce pronostic dépend de la précocité du diagnostic et du choix d'antifongique.