John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Intérêt des anticorps anti-transglutaminase tissulaire dans le diagnostic de la maladie cœliaque*11.* Ce travail a fait l’objet de présentations orale et affichée lors du club « Auto-immunité et Immunopathologie » organisé par la Société française d’immunologie (SFI) le 6 juin 2002 à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris. Volume 61, numéro 3, Mai 2003

Auteurs
Laboratoire d’immunologie, Service de gastro-entérologie, 3 Service de pédiatrie, CHRU de Lille, 1 Place de Verdun, 59045 Lille cedex immunologieuniv-lille2.fr
  • Mots-clés : anticorps anti-transglutaminase tissulaire, anticorps anti-endomysium, Elisa, maladie cœliaque
  • Page(s) : 337-43
  • Année de parution : 2003

La maladie cœliaque est la conséquence d’une intolérance au gluten. Son diagnostic repose sur la biopsie duodéno-jéjunale et la régression des signes cliniques et histologiques sous régime sans gluten. Cette pathologie se manifeste classiquement par un syndrome de malabsorption, mais il existe de nombreuses présentations cliniques atypiques, et les formes asymptomatiques ne sont pas rares. Si certains tests sérologiques permettent de cibler les indications de biopsie, ils ne sont pas adaptés à un dépistage de masse : la recherche des IgG anti-gliadine manque de spécificité, la recherche des IgA anti-gliadine manque de sensibilité, et la recherche des IgA anti-endomysium (EmA) par immunofluorescence indirecte, paramètre performant, est un test non automatisable, de lecture délicate, réservé aux laboratoires spécialisés. En 1997, la transglutaminase tissulaire (tTG) a été identifiée comme étant une des cibles principales des EmA, permettant la mise au point de tests Elisa automatisables susceptibles de remplacer la recherche des EmA. Plusieurs coffrets commerciaux sont disponibles sur le marché, mais leurs performances n’ont pas été, à ce jour, comparées. Nous avons sélectionné 75 sérums, dont 26 provenaient de patients atteints de maladie cœliaque, pour évaluer les performances de cinq coffrets commerciaux dosant les Ac anti-tTG en Elisa microplaque. Pour l’ensemble des maladies cœliaques, traitées ou non, les résultats des Ac anti-tTG sont concordants avec la recherche des EmA pour quatre coffrets sur cinq. La spécificité s’est avérée optimale pour les trois trousses utilisant de la tTG d’origine humaine (100 %), équivalente à celle observée pour les EmA, et bien supérieures aux indices obtenus pour les Ac anti-gliadine. La recherche des Ac anti-tTG par Elisa utilisant de la tTG d’origine humaine pourrait dans un proche avenir remplacer le dosage des EmA, compte tenu de performances identiques, et supplanter la détection des IgA anti-gliadine pour le dépistage de la maladie cœliaque.