John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

Impact du jeûne du mois de ramadan sur l’action anticoagulante de l’acénocoumarol Volume 75, numéro 5, Septembre-Octobre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
Service de cardiologie, Hôpital Habib Thameur, Montfleury Tunis, Tunisie
* Tirés à part
  • Mots-clés : antivitamine K, jeûne alimentaire, taux normalisé international, ramadan
  • DOI : 10.1684/abc.2017.1264
  • Page(s) : 513-8
  • Année de parution : 2017

Pendant le mois de ramadan, les habitudes alimentaires, le type et la quantité des aliments sont modifiés et peuvent affecter le devenir du médicament dans l’organisme. Le but de notre travail était dévaluer l’impact du jeûne prolongé sur les valeurs de l’International normalized ratio (INR) chez les patients sous acénocoumarol. Il s’agit d’une étude prospective monocentrique réalisée pendant le mois de ramadan 2015 incluant les patients ambulatoires sous acénocoumarol et qui réalisent le jeûne du mois de ramadan. La valeur d’INR pendant le mois de ramadan a été comparée à la valeur d’INR la plus récente réalisée avant le jeûne. Les signes de complications hémorragiques secondaires à la prise des antivitamines K (AVK) ont été recherchés chez tous les patients. Un total de trente patients a été inclus avec un sexe ratio de 1. L’âge moyen était de 65 ans. Près des deux tiers des patients étaient sous AVK pour une fibrillation auriculaire. La majorité des patients (94 %) étaient sous AVK depuis plus de un an. L’INR moyen pendant le mois de ramadan était significativement plus élévé que l’INR réalisé avant le jeûne (3,51 vs 2,52 ; p < 0,0001). Le nombre de surdosages était significativement plus important pendant le mois de ramadan (9 vs 0 ; p = 0,014). L’augmentation des valeurs d’INR pendant le mois de ramadan souligne la nécessité d’une surveillance plus rapprochée de l’INR pendant ce mois de jeûne, en particulier chez les sujets à risque de saignement.