John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

Hypofibrinogénémie sévère après morsure de crotale en France Volume 63, numéro 2, Mars-Avril 2005

Auteurs
Service de biologie médicale,, Service de réanimation, Hôpital d’Instruction des Armées Percy, Clamart
  • Mots-clés : envenimation, enzyme thrombine-like, défibrination, Bothrops moojeni, nouveaux animaux de compagnie
  • Page(s) : 220-4
  • Année de parution : 2005

Le cas présenté est celui d’un homme de 22 ans, éleveur clandestin de serpents exotiques à son domicile parisien, mordu à l’avant-bras par un crotale brésilien (Bothrops moojeni) avec une envenimation de grade III. Les paramètres biologiques montrent une hypofibrinogénémie profonde (0,5 g/L) avec un temps de prothrombine à 22 % et un temps de céphaline activée à 94 secondes (témoin à 33 secondes). La discussion s’oriente autour de la prise en charge de cette défibrination, provoquée par l’action thrombine-like d’une enzyme présente dans le venin de Bothrops moojeni. Le patient bénéficie de deux doses (7 flacons au total) d’un sérum antivenimeux adapté à une espèce proche, Bothrops lanceolatus. Malgré la gravité apparente du tableau biologique, les manifestations hémorragiques sont minimes, comme le décrit la littérature. L’évolution clinique et biologique est favorable au 11 e jour. Cette observation souligne le danger potentiel inhérent à l’élevage clandestin de serpents exotiques en France et plus largement des « Nouveaux animaux de compagnie ». La prise en charge de ces patients est compliquée par les difficultés d’obtention d’antisérums adaptés.