John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

MENU

De la nécessité de bien définir les valeurs de référence des hormones thyroïdiennes pour une meilleure interprétation clinique Volume 69, numéro 1, Février 2011

Auteurs
Laboratoire de biochimie, Centre hospitalier, Meaux, Beckman Coulter France, Villepinte, Service d’endocrinologie, Centre hospitalier, Meaux
  • Mots-clés : TSH, thyroxine libre, triiodothyronine libre, valeurs de référence, thyroïde
  • DOI : 10.1684/abc.2010.0517
  • Page(s) : 77-83
  • Année de parution : 2011

De nouvelles valeurs de référence ont été établies pour la thyrotropine (TSH), thyroxine libre (T4L) et triiodothyronine (T3L) dans une population meldoise suite à des discordances observées avec celles d’un analyseur Access2 de Beckman Coulter (BCF). Ont été inclus 308 patients adultes (230 femmes, 78 hommes), âgés de 18 à 65 ans, normothyroïdiens, exempts de toute pathologie thyroïdienne, répondant aux critères définis par la National Academy of Clinical Biochesmistry (NACB). TSH, T4L, T3L, anticorps (Ac) anti-TPO et anti-TG ont été mesurés. L’analyse statistique a été réalisée à l’aide du logiciel SPSS. Après exclusion de 46 patients Ac positifs, les données de 262 patients ont servi à établir les valeurs de référence définies par les percentiles 2,5 et 97,5 % selon la NACB. Ce travail expose les difficultés rencontrées pour l’établissement de valeurs de références utiles à l’investigation clinique des dysthyroïdies.