John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

Comparaison des paramètres morphocinétiques du développement embryonnaire humain cultivé en milieu global ou en milieu séquentiel Volume 75, numéro 4, Juillet-Août 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Service de biologie de la reproduction-Cecos, CHU Rennes, Rennes, France
2 Pôle gynécologie obstétrique et reproduction humaine - assistance médicale à la procréation - Cecos, CHU Estaing, Clermont-Ferrand, France
3 CIC Inserm 1414, CHU de Rennes, Université de Rennes 1, Rennes, France
4 Département de gynécologie obstétrique et reproduction humaine, CHU Rennes, Rennes, France
5 Service de cytogénétique et biologie cellulaire, CHU Rennes, Rennes, France
6 Inserm U1085-Irset, Université de Rennes 1, Rennes, France
* Reprints
  • Mots-clés : embryon humain, milieu de culture séquentiel, milieu de culture global, morphocinétique, time-lapse
  • DOI : 10.1684/abc.2017.1259
  • Page(s) : 403-10
  • Année de parution : 2017

Pour déterminer l’impact du milieu de culture sur la cinétique du développement de l’embryon humain, une étude multicentrique prospective a été réalisée chez 160 couples ayant bénéficié du transfert d’un embryon unique. Onze paramètres morpho-cinétiques d’embryons cultivés dans un milieu global versus milieu séquentiel ont été analysés par time-lapse. Nous avons mis en évidence une disparition accélérée des 2 pronuclei des embryons cultivés dans un milieu de culture global (22,56 ± 2,15 hpi) par rapport à ceux cultivés en milieu séquentiel (23,63 ± 2,71 hpi ; p = 0,0297). De la même façon, la durée du premier clivage est raccourcie (24,52 ± 2,33 hpi versus 25,76 ± 2,95 hpi ; p = 0,0158). La première cytokinèse est plus courte dans le milieu global (18 ± 10,2 versus 36 ± 37,8 min) que dans le milieu séquentiel (36 ± 37,8 min ; p < 0,0001). Nous avons également observé un raccourcissement significatif de la durée du stade 2 cellules dans le milieu séquentiel (10,64 h ± 2,75 versus 11,66 h ± 1,11 dans le milieu global ; p = 0,0225) ce qui évoque une progression plus rapide des embryons au cours de leur premier cycle cellulaire. Notre étude met en évidence des différences significatives sur cinq des onze variables morphocinétiques analysées en fonction du milieu de culture. Il est donc nécessaire d’adapter l’analyse morphocinétique du développement embryonnaire humain en fonction du type de milieu de culture utilisé.