John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

Apport du dosage de l’hepcidine pour le diagnostic et le suivi de pathologies associées à une anémie Volume 75, numéro 1, Janvier-Février 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
Auteurs
Constance Delaby Groupe de travail « Intérêts cliniques du dosage de l’hepcidine » de la Société française de biologie clinique 7 8 9 *
1 Centre français des porphyries, Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine site Louis Mourier, APHP, Colombes ; Inserm U1149, Centre de recherche sur l’inflammation, Paris, France
2 Lunam, Université d’Angers, Département anesthésie réanimation, CHU Angers, France
3 Laboratoire de biochimie, CHU Bicêtre AP-HP, Le Kremlin Bicêtre, France
4 Clinique Beau Soleil, Montpellier ; Labosud-Ocbiologie, Montpellier, France
5 Département d’hématologie biologique, Hôpital Saint Eloi, CHRU de Montpellier, Montpellier, France
6 Laboratoire de biochimie spécialisée - Hôpital Pontchaillou, CHU de Rennes, Rennes, France
7 Institut de médecine régénératrice et de biothérapies (IRMB)-Laboratoire de biochimie-protéomique clinique-CCBHM, Hôpital Saint Eloi, CHRU de Montpellier, Montpellier, France
8 Université de Montpellier, France
9 Inserm U1040, Montpellier, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : hepcidine, anémie, fer, inflammation
  • DOI : 10.1684/abc.2016.1208
  • Page(s) : 9-18
  • Année de parution : 2017

L’hepcidine est responsable du maintien de l’homéostasie du fer dans l’organisme, en modulant l’absorption intestinale du fer et son recyclage macrophagique. Ce contrôle des flux de fer assure une disponibilité du métal suffisante pour les diverses activités auxquelles il participe (érythropoïèse, hémoprotéines, enzymes), tout en permettant d’en limiter l’accumulation toxique dans les tissus. La synthèse de l’hepcidine répond à divers stimuli : l’inflammation et le fer l’augmentent, la demande érythropoïétique, l’anémie et l’hypoxie la répriment. Cette régulation est néanmoins plus complexe dans des situations pathologiques particulières, telles que les anémies hémolytiques, les cancers ou encore l’inflammation chronique. Le dosage de l’hepcidine, en complément des tests diagnostiques actuellement disponibles et réalisés, semble être particulièrement prometteur pour le diagnostic et le suivi de l’anémie dont souffrent ces patients. Ce travail de synthèse a été réalisé dans le cadre du groupe de travail « Intérêts cliniques du dosage de l’hepcidine » de la Société française de biologie clinique.