JLE

Annales de Biologie Clinique

MENU

Anticorps anti-cardiolipine et anti-bêta 2 glycoprotéine I chez des patients atteints de diabète de type 1 Volume 81, numéro 5, Septembre-Octobre 2023

Auteurs
Laboratory of Immunology, Farhat Hached University, Rue Ibn El Jazzar, Sousse, 4000 Tunisia
* Correspondence : A. Mankai

Objectif

Déterminer la fréquence des anticorps antiphospholipides (aPL) en particulier les anticorps anti-cardiolipine (aCL) et anti-bêta 2 glycoprotéine I (aβ2GPI) chez des patients tunisiens atteints de diabète de type 1.

Patients et méthodes

L’étude a porté sur 102 patients atteints de diabète de type 1 (34 enfants, 68 adultes). Soixante-cinq enfants et 156 adultes sains ont servi comme groupe témoin. Les aCL et aβ2GPI ont été recherchés par ELISA.

Résultats

La fréquence de aPL était significativement plus élevée chez les patients atteints de diabète de type 1 que chez le groupe témoin (18,6 % vs. 5,9 %, p < 0,001). Chez les patients, les aPL était significativement plus fréquents chez les adultes que chez les enfants (25% contre 5,9 %, p = 0,04). Les aCL étaient plus fréquentes chez les patients ayant un diabète à long terme que ceux ayant un diabète récent (21,2 % vs. 7,2 %, p = 0,04). Chez les adultes, les aβ2GPI était significativement plus fréquents dans le premier groupe que chez les témoins (20 % vs. 1,9 %, p < 0,001), et la fréquence de aCL était significativement plus élevée chez les patients atteints d’un diabète de type 1 à long terme que chez les témoins (21,9 % vs. 1,9 %, p < 0,001).

Conclusion

Les femmes adultes atteintes de diabète de type 1 présentaient une fréquence élevée des aCL et des aβ2GPI.