John Libbey Eurotext

Annales de Biologie Clinique

À propos d’un cas de leucémie à basophiles de novo : critères diagnostiques et revue de la littérature Volume 64, numéro 4, Juillet-Août 2006

Illustrations

Ouvrir l'onglet

  • Auteur(s) : A Staal-Viliare, V Latger-Cannard, JP Rault, J Didion, MJ Grégoire, S Bologna, B Witz, P Jonveaux, T Lecompte, Y Rio , Laboratoire d’hématologie et de génétique, hôpital de Metz, CHR Metz-Thionville, Service d’hématologie biologique, CHU Nancy, Laboratoire de génétique, CHU Nancy, Service d’hématologie clinique adulte et médecine interne, CHU Nancy
  • Mots-clés : leucémie aiguë à basophiles, basophiloblaste, immunophénotypage, imatinib
  • Page(s) : 361-5
  • Année de parution : 2006

Nous rapportons l’observation d’un cas de leucémie à basophiles de novo, révélé par une pneumopathie infectieuse chez un homme de 73 ans. L’hémogramme montre une hyperleucocytose associée à une anémie normocytaire normochrome arégénérative et à une thrombopénie. L’observation des frottis sanguin et médullaire montre une blastose hétérogène associant des blastes indifférenciés à des basophiloblastes, blastes à haut rapport nucléo-cytoplasmique dont le cytoplasme renferme de gros grains basophiles denses, ainsi que des précurseurs basophiles et polynucléaires basophiles. L’ensemble des blastes est négatif à la réaction de la myéloperoxydase, mais positif à la coloration métachromatique du bleu de toluidine, ce qui est considéré comme très évocateur de leur nature basophile. Le phénotype des blastes est myéloïde, sans marqueur de maturité, avec une négativité pour le CD117 et une positivité pour le CD203 cytoplasmique, marqueur spécifique de la lignée basophile depuis le stade progéniteur jusqu’au stade mature. Ce phénotype, en accord avec l’aspect morphologique, permet d’affirmer la nature basophile des blastes sans avoir recours à la microscopie électronique. L’analyse cytogénétique et moléculaire a révélé la présence d’un chromosome Philadelphie et d’un transcrit de fusion BCR-ABL avec une jonction e6a2, ce qui est inhabituel dans cette hémopathie. Cette anomalie génétique a conduit à adjoindre l’imatinib à la chimiothérapie conventionnelle et le patient est à ce jour en rémission complète (recul de 6 mois). Nous faisons une revue de la littérature concernant la leucémie à basophiles et rappelons les différents critères diagnostiques de cette hémopathie rare.