John Libbey Eurotext

Le ciblage de la voie du VEGF

Le ciblage de la voie du VEGF

Jean-Charles Soria, Sophie Postel-Vinay

2012
Collection : Mise au Point
Éditeur : JOHN LIBBEY EUROTEXT
112 pages
Publié en : Français
Spécialité : Oncologie - cancérologie  
Format : 13,5 x 21 cm

Papier 29.00 €
ISBN : 978-2-7420-0821-6
En stock Ajouter au panier

Le VEGF (vascular endothelial growth factor) est responsable de nombreux effets sur la vascularisation tumorale, notamment la prolifération des cellules endothéliales, la migration, l’invasion, la perméabilité vasculaire et vasodilatation ou encore le chimiotactisme des précurseurs médullaires. Plusieurs approches ont été développées afin de bloquer les actions du VEGF : blocage du VEGF circulant, blocage de son récepteur (VEGFR) ou encore inhibition de la signalisation médiée par le VEGF.
Les anti-angiogéniques ont démontré leur efficacité en monothérapie dans le cancer du rein, le carcinome hépato-cellulaire et le carcinome médullaire de la thyroïde. Des bénéfices ont également été observés en association avec de la chimiothérapie conventionnelle, notamment dans le cancer bronchique non à petites cellules, le cancer colorectal métastatique, le cancer de l’ovaire et potentiellement le cancer du sein.
Cet ouvrage aborde également les toxicités liées aux anti-angiogéniques, qui peuvent être divisées en deux groupes principaux :
– les effets « de classe » : hypertension, protéinurie, cardimyophathie, thromboses artérielles, hémorragies, micro-angiopathie thrombotique, perforations gastro-intestinales, retard de cicatrisation etc. ;
– les effets spécifiques de chaque molécule : hypothyroïdie, myélosuppression, mucites, syndrômes main-pieds etc.
Les caractéristiques tumorales (par exemple localisation ou histologie) et celles du patient peuvent accroître le risque de toxicité et doivent donc être prises en compte dans la prescription des anti-angiogéniques.
Plusieurs biomarqueurs prédictifs de réponse aux anti-angiogéniques ont été évalués : les biomarqueurs tumoraux (expression du VEGF, perfusion tumorale), les biomarqueurs cliniques liés au patient (changement de pression artérielle), les biomarqueurs sanguins circulants (niveau de VEGF cicrulant, cytokines, cellules endothéliales circulantes) et biomarqueurs basés sur l’imagerie. Ces derniers semblent aujourd’hui être les plus fiables, mais de nombreuses investigations sont en cours dans ce domaine.

Ces ouvrages devraient également vous intéresser