John Libbey Eurotext

Médecine thérapeutique

Que faut-il savoir du lupus systémique en 2017 ? Volume 23, issue 4, Juillet-Août 2017

Figures

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tables

Authors
Service de rhumatologie, Hôpital de Hautepierre, 1 avenue Molière BP 83049, 67098 Strasbourg Cedex
Centre national de référence des maladies auto-immunes et systémiques rares
Inserm 1109, Immunorhumatologie moléculaire
* Tirés à part
  • Key words: lupus systémique, maladie auto-immune, syndrome des antiphospholipides, revue générale
  • DOI : 10.1684/met.2017.0640
  • Page(s) : 238-46
  • Published in: 2017

Le lupus érythémateux systémique (LES) est une maladie auto-immune non spécifique d’organe emblématique, caractérisée cliniquement par l’association de manifestations protéiformes et biologiquement par la présence constante d’anticorps dirigés contre divers constituants du noyau (les anticorps antinucléaires). Le LES est une maladie chronique dont le pronostic s’est considérablement amélioré au cours des dernières décennies. La principale difficulté à laquelle est confronté le médecin est de savoir évoquer le diagnostic de LES devant des manifestations cliniques ou biologiques compatibles avec ce diagnostic, car celles-ci sont nombreuses et polymorphes. L’objectif thérapeutique à court terme est le traitement des poussées ; à moyen et long terme, il est de prévenir les rechutes en essayant de limiter les séquelles de la maladie et les effets délétères des traitements. L’information du patient revêt une importance primordiale. Le traitement du LES repose sur la photoprotection et l’administration au long cours d’hydroxychloroquine, qui est le véritable traitement de fond du LES. Une corticothérapie est souvent nécessaire au moment des poussées, et certaines atteintes peuvent nécessiter des traitements immunosuppresseurs ou la mise en route d’une biothérapie. La prévention du risque infectieux et du risque cardiovasculaire doit être engagée précocement.