Home > Journals > Medicine > Bulletin du cancer > Full text
 
      Advanced search    Shopping cart    French version 
 
Latest books
Catalogue/Search
Collections
All journals
Medicine
Bulletin du Cancer
- Current issue
- Archives
- Subscribe
- Order an issue
- More information
Biology and research
Public health
Agronomy and biotech.
My account
Forgotten password?
Online account   activation
Subscribe
Licences IP
- Instructions for use
- Estimate request form
- Licence agreement
Order an issue
Pay-per-view articles
Newsletters
How can I publish?
Journals
Books
Help for advertisers
Foreign rights
Book sales agents



 

Texte intégral de l'article
 
  Printable version

Les gros cailloux à facettes du président de la SFC


Bulletin du Cancer. Volume 89, Number 6, 561-2, Juin 2002, Editorial


Résumé  

Author(s) : Jean-Pierre Armand.

ARTICLE

Le conseil d'administration de la Société française du cancer (SFC) m'a confié la présidence de la SFC pour deux ans.

Les médecins sont mal préparés à ces fonctions et responsabilités qu'ils croient simplement pouvoir ajouter à leurs responsabilités hospitalières. La simple gestion paternaliste de ces anciennes sociétés savantes (la SFC aura bientôt 100 ans en 2007), ne suffit plus. Ces associations sans but lucratif exigent aujourd'hui encore plus pour leur épanouissement et pour remplir pleinement leur rôle académique. Le seul moteur restant la générosité du bénévolat.

Cette nouvelle responsabilité me rappelle avec quelque inquiétude l'histoire d'un vieux professeur de l'École nationale d'administration publique (ENAP). Au-delà de cette histoire, elle m'invite à vous dire les projets que je formule pour la SFC.

L'histoire

Un vieux professeur fut engagé pour donner une formation sur « la planification efficace de son temps » à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Il n'avait donc qu'une heure pour « passer son message ». Debout, devant ce groupe d'élite, il les regarda un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience. »

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, il sortit un immense récipient en verre (de plus de 4 litres) qu'il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? » Tous répondirent : « Oui. » Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? »

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot. Le vieux professeur leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda : « Est-ce que ce pot est plein ? » Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L'un d'eux répondit : « Probablement pas ! » « Bien ! » répondit le vieux professeur. Il se pencha de nouveau et, cette fois, sortit de sous la table un sac de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? »

Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves répondirent : « Non ! ». « Bien ! » répondit le vieux professeur.

Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord. Le vieux professeur leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? »

Pas fou, le plus audacieux des élèves songeant au sujet de ce cours, répondit : « Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. »

« Non » répondit le vieux professeur. « Ce n'est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous » ; ensuite il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos.

Le vieux professeur leur dit alors : « Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Vous relaxer ? Prendre le temps... ? Ou... toute autre chose ? ... » « Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses gros cailloux en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir... sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question : « Quels sont les gros cailloux dans ma vie ? » Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie).

D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

Les projets

J'ai donc sorti ma soupière auvergnate, et j'y ai remis quelques gros cailloux qui ont une place privilégiée mais déjà très importante. J'y ai ajouté un gros cailloux SFC en y taillant quelques nouvelles facettes que je voudrais voir briller pour les 2 ans à venir :

* un bulletin électronique ;

* une présence renforcée de la SFC au niveau international et national ;

* un rôle actif dans la formation continue.

L'édition du Bulletin du Cancer, confiée aux éditions John Libbey, est une réussite grâce au dynamisme d'une équipe soudée qui se réunit une fois par mois sous l'autorité bienveillante de Philippe Jeanteur et Paul Cappelaere. C'est la revue la plus volée à la bibliothèque de l'IGR, ce qui est sans doute le gage de son intérêt et qui s'explique, en revanche, par son prix encore trop élevé. Ce prix témoigne pourtant de son indépendance par rapport à l'industrie pharmaceutique. Il sera difficile d'élargir l'audience de cette revue destinée aux seuls cancérologues francophones. C'est la raison pour laquelle un bulletin électronique en anglais mérite de voir le jour pour véhiculer l'originalité de la recherche et de la pensée cancérologique française. Le bulletin papier francophone sera son grand frère, le support et le routage électronique lui permettront d'aller partout.

La SFC, première société savante en cancérologie, est par définition tout sauf une association d'intérêts professionnels, et cela de par la grande diversité de ses membres (la présidence alterne régulièrement un clinicien et un chercheur). Sa représentativité au niveau des instances nationales mérite d'être affirmée à côté des autres structures, caritatives, hospitalières, professionnelles, pour faciliter l'accès à la connaissance, l'accès rapide des thérapeutiques utiles aux malades, la défense d'une cancérologie multidisciplinaire.

La SFC se doit de rejoindre les autres sociétés nationales cancérologiques, à travers l'Europe. Ces sociétés constituent, comme les centres anticancéreux européens, des réalités nationales vivaces, qui bénéficieront ainsi d'un enrichissement mutuel et formuleront des projets cancer, à la taille de l'Europe.

La formation continue en cancérologie a déjà pris sa réelle dimension au niveau européen ; en France, pour des raisons diverses, elle est plus difficile à mettre en place. L'Effec (École française de formation en cancérologie), pilotée par la Fédération des centres anticancéreux, lance un programme bien structuré auquel le cours de chimiothérapie de l'IGR s'est déjà associé pour 2003.

Le Bulletin du Cancer est aujourd'hui le premier journal francophone de cancérologie multidisciplinaire. Ses objectifs scientifiques et pédagogiques sont déjà établis. Il faut maintenant évaluer et valider son rôle en formation médicale continue. Ce sera d'autant plus facile que la recherche, la chirurgie, la radiothérapie, l'oncologie médicale, la psychologie y ont déjà leur place et constituent la base de la logique de multidisciplinarité.

Les deux journées annuelles de la SFC constituent déjà, depuis plusieurs années, un extraordinaire outil pédagogique. Le support papier devra être complété par des journées de formation médicale continue ciblées en fonction des demandes des praticiens privés ou publics. Le rôle de la SFC, avec ses moyens cependant limités, sera d'offrir des modules de formation, en partie payants, en partie subventionnés (organes caritatifs, laboratoires pharmaceutiques). La validation de cette offre par les institutions françaises et européennes, et leur acceptation par les médecins seront le gage de la réussite.

Pour tous ces projets, un travail de communication est indispensable. Lancé par mon prédécesseur, Christian-Jacques Larsen, qui a remarquablement conduit la barque SFC, il devra s'amplifier et s'appuyer sur le travail d'une équipe qui ne pourra plus se limiter à un bureau et à un comité de rédaction du Bulletin. La formation médicale continue, l'animation du site Internet, la dynamique du forum de cancérologie aujourd'hui associé à Eurocancer, les liens avec les autres sociétés nationales européennes, le soutien de la toute jeune cancérologie française (Aerio), exigeront que les tâches soient partagées. La toute nouvelle équipe constituée par Jacques Robert, vice-président, François Lavelle, secrétaire général, Christine Lévy-Piedbois, trésorière, jouera un rôle majeur avant que je ne passe à mon tour le relais. Ils savent aussi qu'ils doivent compter sur tous ceux que la cause du cancer passionne et qui seront les bienvenus dans la Société française du cancer.


 

About us - Contact us - Conditions of use - Secure payment
Latest news - Conferences
Copyright © 2007 John Libbey Eurotext - All rights reserved
[ Legal information - Powered by Dolomède ]