JLE

Médecine

MENU

Tabac et psychose : une relation causale ? Volume 11, issue 8, Octobre 2015

Author

Une série de méta-analyses teste l’hypothèse d’une responsabilité du tabagisme dans la survenue d’une psychose.

Les auteurs ont identifié 61 études dans lesquelles la prévalence du tabagisme chez des patients psychotiques était rapportée et comparée à celle de témoins. L’analyse de 11 études cas-témoins montre une prévalence plus que triplée du tabagisme chez les patients présentant un premier épisode psychotique par rapport aux témoins (OR 3,22 ; 1,63-6,33). L’analyse de 5 études prospectives montre un risque doublé d’apparition de troubles psychotiques chez les fumeurs quotidiens par rapport aux nonfumeurs (RR 2,18 ; 1,23-3,85). L’analyse de 23 études montre que l’entrée dans la psychose survient en moyenne un an plus tôt chez les fumeurs quotidiens par rapport aux nonfumeurs. À la lumière de ces résultats, les auteurs remettent en question l’hypothèse habituelle du tabagisme « automédication » chez les patients psychotiques pour évoquer un rôle causal de la nicotine par l’intermédiaire du système dopamine ; hypothèse intéressante mais encore fragile, d’autant que la responsabilité d’une consommation associée de cannabis ne peut être écartée.

Gurillo P, Jauhar S, Murray RM, MacCabe JH. Does tobacco use cause psychosis? Systematic review and meta-analysis. Lancet Psychiatry. 2015; published online July 10. http://dx.doi.org/S2215-0366(15)00152-2


Que retenir pour notre pratique ?

• Ces résultats illustrent les limites des études observationnelles et de leurs méta-analyses qui permettent avant tout de formuler des hypothèses. La mise en évidence d’une association statistique ne prouve pas un lien de causalité.

Mots clés : Tabagisme ; Troubles psychotiques [Smoking; Psychotic Disorders]